Comprendre l'urticaire auto-immune. Pourquoi apparaît et comment traiter?

La similitude des symptômes avec la réaction aux brûlures d'ortie a donné le nom à l'une des maladies dermatologiques les plus connues - l'urticaire. De toutes les variétés de la maladie, l'urticaire auto-immune est la plus courante, associée à une altération du fonctionnement du système immunitaire humain et à une diminution des défenses de l'organisme.

Pour plus d'informations sur la maladie, voir l'article de notre expert.

Définition de l'urticaire

L'urticaire ou urticaire (du latin «urtica» en anglais) est une maladie allergique connue d'environ 20% de la population mondiale. Le plus souvent, les femmes sont malades de 20 à 45 ans, ainsi que les jeunes enfants.

Pour provoquer l'apparition de lésions papuleuses sur la peau, accompagnées de démangeaisons et de brûlures graves, le contact direct avec de tels irritants peut:

  • pollen végétal;
  • produits alimentaires;
  • produits chimiques ménagers;
  • vêtements en matières synthétiques;
  • laine et animaux domestiques;
  • piqûres d'insectes;
  • poussière domestique;
  • drogues.

Dans certains cas, des maladies chroniques du tractus gastro-intestinal, du système endocrinien ou du système nerveux central peuvent provoquer des symptômes d'urticaire. Si l'urticaire se manifeste contre des maladies telles que le lupus systémique, la polyarthrite rhumatoïde, etc., les médecins parlent alors d'urticaire auto-immune.

Causes de la maladie

De graves chocs nerveux, le stress, la maladie, les radiations et d'autres facteurs conduisent parfois à un dysfonctionnement du système immunitaire humain. Dans le même temps, les lymphocytes, destinés à lutter contre les cellules pathogènes, commencent à détruire les cellules saines du corps. En conséquence, des organes ou même des systèmes entiers sont affectés. Les maladies auto-immunes peuvent aussi être héréditaires et se transmettre de génération en génération.

Ces maladies se développant au fil des années, leurs symptômes sont souvent «flous» et difficiles à diagnostiquer. Dans la plupart des cas, les maladies auto-immunes deviennent irréversibles et entraînent une invalidité.

Les maladies auto-immunes les plus courantes sont:

  • diabète de type I;
  • la polyarthrite rhumatoïde;
  • sclérose en plaques;
  • lupus systémique;
  • vascularite;
  • Thyroïdite de Hashimoto;
  • la myasthénie grave;
  • la sclérodermie.

Lorsque se forment des maladies auto-immunes dans le corps, on appelle les auto-anticorps, qui provoquent des "pseudo-allergies" et stimulent la production accrue d'histamine. Cela entraîne une modification de la composition du fluide intercellulaire dans la couche sous-cutanée, l'apparition de vésicules irritantes et le développement d'une urticaire auto-immune.

Formes d'urticaire auto-immune

L'urticaire, comme d'autres maladies dermatologiques, peut être aiguë ou chronique. Les différences entre eux sont les suivantes:

  • dans les cas aigus, les symptômes de la maladie apparaissent soudainement et se développent rapidement sur une courte période. En règle générale, les signes de la maladie disparaissent après 5 à 7 jours.
  • forme chronique peut se produire pendant plusieurs mois, voire plusieurs années. Dans certains cas, les symptômes de l'urticaire chez une personne se manifestent périodiquement tout au long de la vie. La durée de la rémission dépend de la présence de facteurs provoquants et de la possibilité d'un contact répété avec l'allergène.

L'urticaire auto-immune, qui se développe sur le fond de troubles du système immunitaire, est toujours de nature chronique et se divise en les types suivants:

  • récurrent, lorsque les rémissions sont remplacées par des exacerbations;
  • persistante, dans laquelle l'éruption cutanée sur le corps est «renouvelée» et constamment présente.

C’est souvent le traitement du patient par le dermatologue qui se plaint d’urticaire qui lui permet de diagnostiquer une maladie auto-immune. Par conséquent, lorsque des symptômes sont détectés, il est nécessaire de prendre rendez-vous pour consulter un médecin.

Symptômes de l'urticaire auto-immune

Tous les signes d’une forme chronique de la maladie sont caractéristiques de l’urticaire auto-immune. Ceux-ci comprennent:

  • ampoules volumineuses, rosâtres et imposantes pouvant grossir et se fondre en formations plus larges;
  • démangeaisons sévères et débilitantes, à la suite desquelles des égratignures et des plaies apparaissent sur la peau;
  • douleur à la palpation;
  • sensation de brûlure lorsque la peau «brûle»;
  • fièvre
  • des frissons;
  • malaise général;
  • une indigestion;
  • faiblesse
  • mal de tête

En outre, le malade présente davantage de symptômes de la maladie auto-immune sous-jacente qui a provoqué l'urticaire: douleurs articulaires dans la polyarthrite rhumatoïde, faiblesse musculaire dans la myasthénie, douleur cardiaque et essoufflement dans le lupus érythémateux systémique, etc.

L'urticaire, qui survient à l'arrière-plan de maladies auto-immunes, conduit souvent à un œdème de Quincke, qui constitue une menace non seulement pour la santé, mais aussi pour la vie humaine.

Diagnostics

Si une éruption cutanée et d’autres symptômes désagréables se produisent, vous devez vous inscrire pour une consultation avec un dermatologue ou un allergologue, qui sont admis dans des centres médicaux spécialisés ou dans un dispensaire de soins dermatovénérologiques.

Les mesures de diagnostic de l'urticaire sont les suivantes:

  • anamnèse basée sur une enquête auprès de patients, dont le but principal est d'identifier les causes de la maladie;
  • inspection visuelle des lésions;
  • réalisation de tests allergiques permettant de déterminer le potentiel irritant.

Pour identifier les comorbidités, le patient est soumis aux tests de laboratoire suivants:

  • test sanguin général et biochimique;
  • analyse d'urine;
  • analyse des matières fécales pour la présence de vers;
  • analyse des hormones thyroïdiennes (TSH, T3 et T4);
  • microsporie immunofluorescente pour détecter le lupus érythémateux disséminé;
  • test sanguin pour le VIH.

Des tests spéciaux avec administration intradermique de sérum autologue permettent de différencier l'urticaire auto-immune des autres formes. Afin de ne pas «lisser» le tableau clinique, le patient doit arrêter de prendre des antihistaminiques trois jours avant l'étude.

Lorsque le diagnostic d'urticaire auto-immune est confirmé, le patient est dirigé vers un immunologiste, un cardiologue, un endocrinologue, un rhumatologue, un hématologue et d'autres spécialistes pour des consultations supplémentaires.

Traitement de l'urticaire auto-immune

Comme dans le traitement de toute maladie allergique, l’efficacité du traitement de l’urticaire auto-immune dépend de la fin du contact de la personne avec des irritants. Pour ce patient est recommandé:

  • suivre un régime hypoallergénique spécial;
  • porter des vêtements en matériaux naturels;
  • non fumeur
  • enlever les tapis, les peluches et autres objets qui accumulent la poussière de la pièce;
  • utiliser des gants de protection pour laver la vaisselle, le nettoyage et les autres travaux liés à l'utilisation de produits chimiques;
  • limiter la communication avec les animaux domestiques.

Il est également nécessaire de ventiler constamment la pièce, d’être plus à l’air libre et de faire de l’exercice.

La pharmacothérapie de l’urticaire comprend des méthodes de premiers soins en cas d’attaque soudaine et des mesures pour éliminer les symptômes de la maladie.

Premiers secours pour l'urticaire

Lorsque les premiers signes d'urticaire apparaissent: rougeur de la peau, poches, cloques, vous devez fournir des soins d'urgence au patient le plus tôt possible. Il consiste en ce qui suit:

  • donner un antihistaminique: Suprastin, Tavegil, Diazolin, Cetrin, Zyrtec, Claritin;
  • appliquer du Psilo-baume, du Fenistil-gel, de la pommade au zinc sur les sites d'apparition de l'éruption cutanée;
  • appliquer du soda compressé sur les lésions (1 cuillère à soupe de bicarbonate de soude par 100 ml d’eau);
  • Pour arrêter l’intoxication du corps, donnez l’entérosorbant: charbon actif, Sorbex, Enterosgel.

Si nécessaire, effectuez un lavage gastrique ou une climatisation. Si les manifestations cliniques ne disparaissent pas mais s'aggravent, appelez immédiatement une ambulance et hospitalisez le patient à l'unité de soins intensifs.

Méthodes de traitement de l'urticaire auto-immune

La difficulté à traiter l'urticaire, qui se produit sur le fond des maladies auto-immunes, réside dans le faible effet thérapeutique de l'utilisation des antihistaminiques. Par conséquent, si leur utilisation au premier stade n'apporte pas le résultat souhaité, il est recommandé de connecter des médicaments hormonaux, tels que la prednisone, la dexaméthasone.

Étant donné que les médicaments contenant des glucocorticoïdes ont de nombreuses contre-indications et effets secondaires, ils ne doivent être pris que sur prescription de votre médecin, sans dépasser la posologie et la fréquence d'administration.

En outre, dans les cas graves d’urticaire auto-immune, ces méthodes de traitement sont utilisées:

  • échange de plasma - prélèvement de sang afin de le débarrasser des composants toxiques et retour ultérieur;
  • immunoglobuline intraveineuse pour créer une immunité "passive";
  • La cyclosporine par voie orale est un immunodipresseur puissant qui permet d’éliminer rapidement les symptômes de l’urticaire.

Guérir la guérison aidera les méthodes de traitement populaires: bain à l'ortie, ficelle et camomille, compresses de pommes de terre crues, applications à la farine d'avoine. Afin de ne pas causer d '"effet inverse" et ne pas aggraver l'état du patient, l'utilisation de remèdes à la maison doit être coordonnée avec votre médecin.

Des complications

Bien que dans la plupart des cas, les symptômes de l'urticaire puissent être éliminés en prenant un antihistaminique, il ne faut pas négliger de consulter un médecin. À chaque récurrence de la maladie, le risque de complications graves et dangereuses augmente. Ceux-ci comprennent:

  • Quincke enflure. Affection aiguë caractérisée par un gonflement du tissu sous-cutané sur les lèvres, les paupières, la muqueuse buccale et le larynx. Interfère avec une respiration normale et peut conduire à un coma hypercapnique;
  • choc anaphylactique. Un étroit rétrécissement des vaisseaux sanguins alimentant les poumons et le cœur, une diminution rapide de la pression artérielle, une perte de conscience et la mort.

Les deux conditions nécessitent des soins médicaux d'urgence. Afin de prévenir les complications, vous devez prendre soin de votre santé et observer les mesures préventives prises pour prévenir l'apparition d'urticaire auto-immune et d'autres maladies chroniques. Lisez à propos de cette urticaire généralisée dans cet article.

http://kozhaexpert.ru/krapivnitsa/autoimunnaya-lechenie

Qu'est-ce que c'est - l'urticaire idiopathique? Symptômes et causes, ainsi que méthodes de traitement

L'urticaire idiopathique ou auto-immune se manifeste par un œdème, des rougeurs et des démangeaisons.

Selon la CIM-10, ce type de maladie porte le code L50.1.

Une réaction allergique se produit à la suite de divers types de perturbations dans le travail du système immunitaire, au cours desquelles le corps commence à attaquer ses cellules.

Symptomatologie et manifestation

De quoi s'agit-il et comment se manifeste-t-il?

Touchés:

La forme des amas de papule peut être différente, dans la mesure où de petites zones d'inflammation sont souvent combinées en grandes taches. Les principaux symptômes de l'urticaire non allergique le distinguent des autres types:

  1. angioedema;
  2. sensation de brûlure;
  3. maux de tête;
  4. la diarrhée;
  5. faiblesse
  6. troubles névrotiques;
  7. des nausées;
  8. température corporelle élevée;
  9. réaction anaphylactique;
  10. angioedema;
  11. dermographisme.

Cette maladie se développe principalement chez les femmes.

La sévérité du principal symptôme de la maladie - la rougeur de la peau - est associée à la force de la réponse du corps aux allergènes.

Les causes

C'est la libération de cette substance contribue à la manifestation d'une réaction allergique. Les démangeaisons commencent, la peau se gonfle.Le corps d'une personne susceptible de maladies auto-immunes, réagissant ainsi à l'histamine, produisant des anticorps contre elle (gamma globulines).

Ils ne sont pas produits dans des tissus sains, mais dans certains cas, cela peut se produire. Cependant, si les anticorps se lient à des tissus sains, ils sont également endommagés et des symptômes d’urticaire apparaissent.

Maladies pouvant causer le développement de l'urticaire:

  • la polyarthrite rhumatoïde;
  • Le syndrome de Sjogren;
  • oncologie;
  • la lymphogranulomatose;
  • pathologie de la vésicule biliaire;
  • diabète de type 1;
  • troubles de la glande thyroïde.

L'urticaire idiopathique se développe lorsqu'une personne souffre de maladies auto-immunes. Avec leur développement, des auto-anticorps se forment dans le sang.

Ils se lient aux récepteurs Fc des mastocytes, provoquant des réactions cutanées.

Ce sont ces récepteurs qui favorisent la liaison des anticorps à la surface des mastocytes.

Les anticorps se forment lorsque des allergènes pénètrent dans le corps de l'extérieur.

Lorsque l'urticaire idiopathique se libère, l'histamine se produit sous l'influence d'un allergène.

Les anticorps commencent à se lier aux récepteurs Fc, faisant croire au corps humain que l’allergène se trouve à la surface de la peau, provoquant ainsi une réaction.

Une urticaire auto-immune se développe à l’arrière-plan:

  1. le stress;
  2. PMS;
  3. prendre des médicaments hormonaux;
  4. utilisation d'aspirine, d'ibuprofène et de médicaments similaires;
  5. la polyarthrite rhumatoïde;
  6. le lupus érythémateux;
  7. urticaire chronique;
  8. la sinusite;
  9. infections buccales;
  10. cholécystite;
  11. la vaginite;
  12. la prostatite;
  13. l'hépatite;
  14. Le VIH;
  15. zona.

Si le problème apparaît une fois, provoquer sa répétition peut:

  • l'alcool;
  • porter des vêtements serrés;
  • fortes charges;
  • froid
  • la chaleur

Et voici à quoi ça ressemble sur la photo.

Quand aller chez le médecin?

En cas d'apparition de symptômes d'urticaire auto-immune, une personne doit contacter immédiatement un médecin généraliste qui, après un examen de routine et l'identification d'autres causes possibles de la maladie, recommande de consulter un dermatologue ou un allergologue.

Le médecin dans le diagnostic du problème utilise des analyses telles que:

  1. numération globulaire complète;
  2. clinique;
  3. pour la syphilis;
  4. pour le VIH;
  5. pour l'hépatite B et C;
  6. analyse d'urine;
  7. hormones thyroïdiennes;
  8. pour les anticorps antinucléaires.

La dernière étude a pour but d’exclure ou de clarifier le diagnostic de lupus érythémateux systémique, qui permet d’établir un diagnostic complet de l’urticaire auto-immune.

Le médecin recommande également une visite chez un gastro-entérologue, un urologue et un dermatologue afin d'éliminer la possibilité d'autres maladies susceptibles de provoquer une telle réaction. La maladie ne peut pas être complètement guérie, mais les médicaments peuvent être choisis de manière à réduire la fréquence des épidémies d’urticaire et à en atténuer les symptômes.

Si cela n'est pas fait, la maladie peut devenir chronique et se reproduire régulièrement. Pour éviter cela, le médecin peut lui recommander de suivre un traitement régulièrement tous les six mois.

Traitement

Le traitement des formes auto-immunes d'urticaire commence par l'élimination des premiers symptômes d'allergie et le respect de certains points de prévention, ce qui aidera le corps à réagir moins clairement à la production d'anticorps.

Lorsque les symptômes apparaissent, il faut:

  • trouver les causes de la maladie;
  • arrêter les symptômes de l'urticaire avec des antihistaminiques;
  • identifier les violations connexes;
  • prendre des mesures préventives.

Avec un traitement approprié, la maladie peut être gérée en six semaines.

Ce que vous devez faire en premier lieu, quoi refuser?

Le traitement de l'urticaire auto-immune consiste à soulager les symptômes. Tout d'abord, lorsqu'ils se développent, il est nécessaire de prendre un antihistaminique et de consulter un médecin.

Seul un spécialiste sera en mesure de vous prescrire le traitement approprié, sinon vous devrez suivre certaines recommandations qui contribueront à minimiser les manifestations de la maladie. Pour cela, vous avez besoin de:

  1. utiliser des produits cosmétiques hypoallergéniques;
  2. boire beaucoup de liquides;
  3. renforcer le système immunitaire.

Quels médicaments puis-je prendre? Comprimés et onguents

Le traitement médicamenteux de l'urticaire dépend des symptômes. Dans le cas de la forme idiopathique, vous pouvez utiliser des antihistaminiques tels que:

Ils bloquent tous les récepteurs antihistaminiques H1, réduisant ainsi les symptômes.

En cas de rougeur et d'œdème dans le nasopharynx, ils peuvent être traités en urgence par un spray de solution à 2% d'éphédrine.

Vous pouvez utiliser des onguents et des crèmes pour soulager le gonflement de la peau:

  1. Advantan;
  2. Pommade d'hydrocortisol;
  3. Flucinar;
  4. Gel de fenistil;
  5. Eplan;
  6. Radevit;
  7. Losterin

Si nécessaire, le médecin peut conseiller le passage d'une cure de kinésithérapie:

Remèdes populaires

Les remèdes traditionnels peuvent être utilisés pour soulager l’enflure et les démangeaisons lorsque les irritations sont caractéristiques d’une urticaire auto-immune.

Si l'urticaire affecte les membres, vous pouvez alors préparer le bain d'amidon et de soda.

Il faudra un demi-verre de chacun des composants. Ils sont mélangés et dilués avec de l'eau tiède (300 ml).

Si la peau du dos ou de l'abdomen a été touchée, la solution obtenue peut être imprégnée de gaze et appliquée sur la peau enflammée.Le jus d'Aloe Vera est souvent utilisé pour soulager les démangeaisons. Pour améliorer l'effet, vous pouvez le mélanger avec de la vitamine E en ampoules et appliquer le mélange sur la peau affectée.

Il est nécessaire de le faire deux fois par jour pendant un mois, car les poches d’avoine ramollissent bien la peau et éliminent les démangeaisons. Pour leur préparation, vous aurez besoin de deux verres de flocons mélangés à 3 cuillères à soupe de fécule de maïs et une petite quantité d’eau.

Le résultat devrait être une pâte épaisse, qui devrait être appliquée sur la peau dans les endroits irritants et laisser reposer pendant une demi-heure. La compresse obtenue soulage les démangeaisons et l'enflure. Pour éliminer les toxines du corps lorsque l'urticaire peut être prise par voie orale, du thé vert chaud.

Mais il ne faut pas le consommer la nuit pour ne pas provoquer d'insomnie.

Régime alimentaire

Comme pour toute autre manifestation de réaction allergique dans le traitement de l'urticaire, les produits allergéniques doivent être exclus du régime alimentaire:

Vous devez également minimiser la consommation d'aliments pouvant améliorer la libération d'histamine:


Et des produits contenant de l’histamine à haute concentration:

  • les fromages;
  • levure de bière;
  • poisson en conserve;
  • les épinards;
  • vin rouge;
  • la bière;
  • lait non pasteurisé;
  • les poules;
  • saucisses de porc;
  • saucisses de boeuf;
  • du bacon;
  • saucisses;
  • jambon
  • soja fermenté et ses dérivés;
  • choucroute

Ne pas manger des herbes épicées:

Ils contiennent tous des salicylates, qui peuvent également provoquer une réaction cutanée.

Conclusion

Regardez la vidéo sur ce sujet:

Lorsque les symptômes de l'urticaire auto-immune apparaissent, il est urgent de consulter un médecin, car seul un traitement rapide peut aider la maladie à entrer en rémission.

Il permet également de minimiser la manifestation des symptômes et s’intègre de manière significative dans la vie d’une personne malade.

http://medkrasa.com/kozhnye-zabolevaniya/krapivnitsa/vidy-krapivnitsy/idiopaticheskaya.html

Qu'est-ce que l'urticaire auto-immune (idiopathique)? Symptômes et causes d'apparition, traitement et photo

Peu importe que vous ayez déjà traité une maladie telle que l'urticaire idiopathique ou que vous l'ayez rencontrée pour la première fois.

Très probablement, vous serez intéressé par les causes de son apparition, ainsi que par les méthodes de traitement les plus récentes (y compris les médicaments de la nouvelle génération et la médecine traditionnelle) et par la prévention.

Qu'est ce que c'est

L'urticaire idiopathique - qu'est-ce que c'est? L'urticaire idiopathique ou auto-immune est un gonflement de la peau, des rougeurs et des démangeaisons causées par des maladies auto-immunes (code CIM-20 L50.1).

Une maladie auto-immune est un signe d'anomalie du système immunitaire. La raison de l’urticaire auto-immune est le fait que le système immunitaire de l’organisme attaque ses propres cellules.

Les symptômes

L'urticaire auto-immune se manifeste par des bosses ou des cloques rougeâtres (ou rosées) sur la peau, et les symptômes de ce type de maladie apparaissent généralement de manière soudaine.

Les ampoules peuvent apparaître n'importe où sur le corps, y compris le visage, les lèvres, la langue, la gorge, les oreilles, les mains, les pieds, le ventre et le dos. Ils varient en taille et peuvent se regrouper en grappes plus grandes.

Les symptômes de l’urticaire idiopathique incluent:

  • angioedema;
  • sensation de brûlure;
  • fièvre
  • rarement: une réaction anaphylactique.

Environ 35% des patients atteints d’urticaire idiopathique présentent un œdème de Quincke et 25% d’autres ont noté un dermographisme (urticaire physique). Comme beaucoup d'autres maladies auto-immunes, l'urticaire idiopathique se développe le plus souvent chez les femmes que chez les hommes, dans un rapport 2: 1, atteignant parfois 4: 1.

Les causes

Les mastocytes (ou mastocytes) sont des cellules de la peau et des muqueuses contenant de l'histamine.

La libération d'histamine provoque des symptômes allergiques d'urticaire et d'œdème de Quincke (gonflement de grandes surfaces du corps). Les démangeaisons sont un symptôme courant dans le contexte de la libération d'histamine.

Le système immunitaire protège généralement le corps en produisant des anticorps contre les «envahisseurs» étrangers, tels que les bactéries et les virus.

Ces anticorps sont appelés IgG ou gamma globulines.

La polyarthrite rhumatoïde est un exemple de maladie auto-immune. Les anticorps qui réagissent avec les tissus corporels provoquent un gonflement des articulations et des douleurs.

Le diabète de type 1 et les maladies de la thyroïde sont des exemples d’autres maladies auto-immunes courantes.

L'urticaire idiopathique se développe sur le fond d'une maladie auto-immune. Dans ces cas, il se forme des auto-anticorps qui se lient au récepteur Fc des mastocytes.

La fonction principale du récepteur Fc est de fixer des anticorps allergiques, appelés IgE, à la surface des mastocytes. Les IgE se forment chez les personnes allergiques et sont associées aux allergènes environnementaux.

Lorsque les allergènes de l'extérieur pénètrent dans les voies nasales, dans les yeux ou dans les voies digestives, ils se lient aux IgE. À la suite de cette interaction, l'anticorps IgE envoie un signal à la cellule adipeuse, l'amenant à libérer de l'histamine.

La libération d'histamine provoque des symptômes allergiques. Chez les individus atteints d'urticaire auto-immune, l'auto-anticorps IgG, qui se lie au récepteur Fc, fait croire à la cellule adipeuse que l'IgE a détecté un allergène à sa surface. Par conséquent, si vous avez une urticaire auto-immune, vous en connaissez déjà les causes.

L'urticaire idiopathique peut se développer à l'arrière-plan:

  1. Augmentation du niveau de stress (surtout chez les femmes).
  2. De nombreuses femmes signalent des symptômes d'urticaire auto-immune pendant le syndrome prémenstruel, ainsi que pendant le traitement hormonal.
  3. Des médicaments comme l'aspirine, l'ibuprofène, le naproxène peuvent provoquer une urticaire idiopathique.
  4. Polyarthrite rhumatoïde - le système immunitaire attaque les articulations.
  5. Lupus - Le système immunitaire attaque les articulations et la peau.
  6. Urticaire chronique (peut devenir idiopathique).
  7. Infections telles que sinusite, infections buccales (stomatite), cholécystite, vaginite, prostatite, hépatite, VIH et zona.

Les experts estiment que certains facteurs peuvent déclencher une rechute:

  • boissons alcoolisées;
  • vêtements serrés;
  • exercice lourd;
  • froid ou chaud.

Urticaire idiopathique: voir photo de la maladie ci-dessous.

Diagnostics

Il est nécessaire de contacter un thérapeute qui donnera une référence à un dermatologue ou un allergologue.

Le spécialiste assignera les tests suivants:

  1. Numération globulaire complète (profil avancé).
  2. Analyse clinique du sang (du doigt).
  3. Test sanguin pour la syphilis, le VIH, l'hépatite B et C.
  4. Analyse d'urine.
  5. Analyse des hormones thyroïdiennes.
  6. Recherche d'anticorps antinucléaires (pour le diagnostic du lupus érythémateux systémique).

Une fois le diagnostic d’urticaire auto-immune établi, l’objectif du patient et du médecin sera de trouver la meilleure combinaison de médicaments pour réduire la fréquence des éclosions.

Très souvent, l'urticaire auto-immune entre dans un état chronique, puis en rémission, et très probablement, le spécialiste vous prescrira un traitement par antihistaminiques pour des périodes de 6 mois.

Traitement

Nous apprenons comment le traitement de l'urticaire auto-immune est effectué à l'aide de préparations pharmaceutiques et de médicaments traditionnels.

Premiers secours

  1. Aux premiers symptômes de démangeaisons, prenez immédiatement une pilule de Tavegila ou de Suprastin, puis consultez immédiatement un médecin.
  2. Utilisez uniquement des produits cosmétiques hypoallergéniques (savon, shampoing, dentifrice, pour femme: savon pour l'hygiène intime).
  3. Buvez plus d'eau (1,5 litre par jour) et de thé vert.
  4. Augmentez l’immunité générale: buvez des vitamines deux fois par an, tempérez avec de l’eau froide, faites de l’exercice modéré, comme une marche rapide ou le yoga, pour prévenir la maladie.

Médicamenteux

Le traitement est axé sur le soulagement des symptômes ainsi que sur le traitement du déclencheur de la maladie qui a déclenché l'urticaire idiopathique.

  1. En ambulance, un allergologue prescrit une solution à 2% d’éphédrine sous forme de spray local pour la cavité buccale et le pharynx afin de supprimer l’œdème.
  2. Les inhibiteurs des récepteurs antihistaminiques H1 sont les plus efficaces pour traiter l’urticaire idiopathique.
  3. Des combinaisons de divers antihistaminiques peuvent être utiles pour supprimer les symptômes graves. Ceux-ci comprennent les antihistaminiques H1 de la première génération, des associations de médicaments des première et deuxième générations utilisant des agents non sédatifs le matin, des associations d'antihistaminiques de la deuxième génération, l'association de la doxépine avec des antihistaminiques de la première ou de la deuxième génération.
  4. Des médicaments tels que la desloratadine et les anti-leucotriènes peuvent être efficaces dans le traitement de certains patients atteints d'urticaire idiopathique.

Exemples de médicaments:

  • antihistaminiques: Suprastin, Claritin, Tavegil, Clarinex;
  • pommades ou gels glucocorticoïdes: Advantan, pommade à l’hydrocortisone, flucinar;
  • onguent antihistaminique: Fenistil-gel;
  • pommade non hormonale: Eplan, Radevit, Losterin.

Xolair a montré une très bonne efficacité directement dans la lutte contre l'urticaire idiopathique chez les patients ne répondant pas au traitement par antihistaminiques.

Les anticorps qu'il contient arrêtent la réaction allergique en se liant à l'immunoglobuline E (IgE).

Après la liaison, la réaction allergique cesse. Le médicament est injecté sous la peau toutes les 2 à 4 semaines.

Le médicament a de nombreuses contre-indications, y compris la grossesse et l'âge jusqu'à 12 ans. Le choc anaphylactique, une réaction allergique pouvant provoquer une crise cardiaque, des crampes pulmonaires, une augmentation de la pression artérielle, des évanouissements ou un gonflement de la gorge et de la langue sont parmi les effets secondaires les plus graves.

Avant l'application, il est très important de consulter le médecin traitant. Le prix du médicament est également assez élevé, environ 20000-23200 euros par ampoule.

L'hydroxychloroquine (Plaquenil), utilisée à l'origine pour lutter contre le paludisme, est un autre nouveau médicament destiné au traitement de l'urticaire auto-immune.

Au cours des essais cliniques, l’état de la maladie s’était déjà amélioré au cours du premier mois d’utilisation chez 83% des patients; trois mois plus tard, la maladie était en rémission.

Le prix d'un tel médicament sera de 1000 à 1200 roubles pour 60 comprimés de 200 mg.

Remèdes populaires

Si une urticaire idiopathique apparaît soudainement, un traitement par la médecine traditionnelle vous aidera également à combattre la maladie. Avec l'aide de remèdes populaires, il est possible de réaliser le passage de la maladie au stade de rémission.

    Lotion calamine. Le prix pour 100 ml est d’environ 700 à 800 roubles (il est préférable de commander en ligne).

L'outil est utilisé pour diverses maladies de la peau, y compris l'urticaire.

L'application d'une lotion sur une peau endommagée apaise rapidement, calme et soulage les démangeaisons.

Restrictions sur l'utilisation du no.

  • Lait de magnésie. Il a un effet apaisant et protecteur, appliquez une petite quantité de liquide sur un coton et appliquez sur les zones endommagées. Le cours de traitement: environ 10 minutes.
  • Amidon Mélangez ½ tasse de fécule de maïs avec ½ tasse de bicarbonate de soude, versez ce mélange avec de l'eau tiède (1 tasse, environ 300 ml).

    Faites ces plateaux une fois par semaine.

    Si l'urticaire ne s'est pas développée sur les bras ou les jambes, mais par exemple sur le dos ou l'abdomen, absorbez une gaze stérile dans cette composition et appliquez la compresse obtenue sur la peau enflammée. Aloe Vera. Mélangez du jus d'aloès et un flacon de vitamine E, appliquez cette substance huileuse sur les zones touchées deux fois par jour. Le cours de traitement: 1 mois.

    Régime alimentaire

    Ce qui devrait être exclu si vous avez une urticaire idiopathique (non allergique):

    • aliments allergisants, poisson, œufs, noix, chocolat, baies, tomates, lait et blé. Ils provoquent le plus souvent des épidémies d’urticaire auto-immune et en sont les «déclencheurs»;
    • les produits favorisant la libération précoce de l'histamine, dont l'utilisation est interdite, sont les blancs d'œufs, les ananas et l'alcool;
    • Les produits contenant de fortes concentrations d'histamine sont les fromages comme le camembert, le brie, le gruyère, le cheddar, le roquefort, le parmesan, la levure de bière, le poisson en conserve, les épinards, le vin rouge (en particulier le chianti), la bière, le lait non pasteurisé (par exemple, la vache, le chèvre), ainsi que le lait maternel, si une urticaire idiopathique s'est développée chez un enfant), poulet, saucisse de porc, saucisse de boeuf, jambon, produits à base de soja fermenté, choucroute.

    Évitez également:

    1. Le miel naturel est une riche source de salicylate. Les salicylates, les amines et les glutamates sont les trois principaux nutriments naturels pouvant déclencher une rechute de l'urticaire idiopathique. Évitez d'utiliser des produits sucrés au miel. Il peut être remplacé par du sirop d'érable.
    2. Toutes les herbes, y compris le basilic, le thym, la sauge, la menthe et le romarin, sont des sources de salicylate. Il est préférable de remplacer les épices par du sel simple.
    3. Ne mangez pas de bacon, de saucisses ou de charcuterie.
    4. N'utilisez pas d'huile d'olive extra vierge pour la cuisson, il vaut mieux opter pour son alternative plus sûre: l'huile d'olive légère.

    Dans tous les cas, il est important de consulter rapidement un médecin pour trouver des solutions au problème. Avec la bonne approche, l'urticaire idiopathique se transforme rapidement en rémission.

    Pour plus d'informations sur l'urticaire auto-immune, voir ci-dessous dans notre vidéo:

    http://ladyup.online/kozhnye-zabolevaniya/krapivnitsa/vidy-krapiv/idiopaticheskaya.html

    Urticaire auto-immune - photo des symptômes, traitement, causes

    Le but de cet article est de traiter de l'urticaire auto-immune, nous allons en déterminer les causes, les symptômes à l'aide d'exemples sur la photo, les principes de traitement de l'urticaire auto-immune et un certain nombre d'autres informations sur cette maladie. Nous découvrons les techniques les plus efficaces utilisées par de vraies personnes.

    Urticaire auto-immune sur la photo avec une description

    Causes de l'urticaire auto-immune.

    Le principal mécanisme pathogénique de l'apparition de cette maladie est la réaction antigène-anticorps spécifique et la dégranulation ultérieure des basophiles. Pour la première fois, le scientifique Malmros a décrit de telles réactions après une injection intracutanée de sérum autologue.

    Des études menées dans les années 1960 et 1970 prouvent que les mécanismes de libération d'histamine sont altérés chez les patients atteints d'urticaire. Les scientifiques ont découvert que chez les patients atteints d'urticaire auto-immune, c'est la réaction antigène-anticorps qui conduit à la dégranulation des mastocytes et provoque des symptômes pathologiques.

    Les auto-anticorps circulant dans le sang conduisent à la défaite de la membrane du mastocyte et à la dégranulation de l'histamine et d'autres médiateurs de l'allergie. Parallèlement, les patients ont noté une diminution du nombre total de basophiles, une détérioration de l’immunité cellulaire. Une injection de sérum humain autologue provoque également une réaction. Ceci est observé chez les patients atteints d'urticaire chronique, ainsi que pendant sa récidive.

    Pour la première fois, les immunologues anti-immunoglobulines ont été détectés en 1988 par l'immunologiste Gruber. Il a également découvert que certains anticorps sont fonctionnels, ce qui affecte la formation de bulles. De nos jours, on pense que plus de 50% des cas d’urticaire chronique sont dus à un mécanisme auto-immun.

    Les chercheurs ont également constaté que différents types de maladies auto-immunes ont tendance à se produire ensemble. En particulier, une association a été observée chez des patients atteints d'urticaire auto-immune et de thyroïdite. En 1989, le terme «syndrome AIT, urticaire idiopathique et œdème angioneurotique» a été introduit.

    Il n’est pas précisément déterminé si la présence d’anticorps dirigés contre le tissu thyroïdien est une manifestation de la thyroïdite ou un marqueur indirect de l’urticaire.

    L’apparition de pathologies auto-immunes chez l’homme est associée à la présence du gène DRB1 * 04 dans le système HLA et d’antigènes DR de classe 2. De plus, des scientifiques ont également identifié un lien entre l’infection à H. pylori et l’urticaire chronique dans plus de 50% des cas.

    Symptômes de l'urticaire auto-immune

    Les manifestations de l'urticaire idiopathique ne diffèrent en aucune manière de l'évolution chronique de sa variante allergique. Les patients se plaignent d'une éruption cutanée de nature urticarienne, ils notent leur tendance à la fusion. La nourriture, les insectes, le ménage, les facteurs chimiques, physiques ou psychogènes peuvent provoquer une détérioration de l'état ou une nouvelle rechute de la maladie.

    Pour les patients souffrant d'urticaire grave, la résistance aux schémas thérapeutiques traditionnels, la torpidité et la variabilité des symptômes sont caractéristiques. Dans les exacerbations, on peut observer une faiblesse générale, une tolérance réduite à l'effort physique et un dysfonctionnement de l'alimentation.

    Diagnostic de l'urticaire auto-immune

    Les mesures de diagnostic pour la variante idiopathique de la maladie incluent toutes les méthodes de laboratoire et instrumentales possibles pour déterminer la cause possible. Mais le plus souvent, après un examen clinique et paraclinique complet, la cause n’est pas détectée.

    La liste des analyses comprend:

    1. CBC avec formule leucocytaire, détermination des inclusions dans les cellules sanguines, anisocytose et autres anomalies morphologiques.
    2. Glycémie à jeun, si nécessaire - test de tolérance au glucose et construction d’une courbe de sucre.
    3. Analyse clinique de l'urine, détermination de la glucosurie, de l'albuminurie, du taux de filtration glomérulaire.
    4. Recherche biochimique sur la bilirubine, l'urée, la créatinine.
    5. Coagulogramme avec calcul du temps de coagulation du sang, test à l'éthanol.
    6. Détermination des hormones thyroïdiennes, des anticorps anti-thyroglobuline et thyroperoxydase.

    Mener des enquêtes spécifiques pour trouver l'allergène:

    1. Détermination quantitative et qualitative des immunoglobulines E et G et des anticorps spécifiques dirigés contre elles.
    2. Tests cutanés avec des groupes des allergènes les plus courants.
    3. Tests de provocation avec des antigènes intranasaux.
    4. Pour l'urticaire chronique, un test cutané autoserum (TASK) est utilisé. Mais la valeur diagnostique de cet examen est faible, car il est non spécifique et démontre plus probablement la réactivité modifiée de l'organisme.
    5. Ils effectuent également une biopsie de la peau avec son examen cytologique, histologique et génétique moléculaire plus approfondi.

    La spécificité des auto-anticorps est testée par immunoblot ou par Western blot (ELISA), mais l’inconvénient de cette méthode est son coût élevé. Pour cette raison, il ne peut pas être utilisé comme une analyse de routine de dépistage. Un test intradermique avec autosérum convient à cet effet.

    Méthode d'échantillonnage

    Avant le test pendant 2 semaines, annulez la prise d'antihistaminiques. Leur action peut fausser les résultats du test. Il n'est pas nécessaire d'annuler les glucocorticoïdes ou les antagonistes des leucotriènes. Le sang est prélevé avec une seringue jetable dans un tube stérile, une veine cubitale convient à la trousse.

    Sur l'éprouvette, le nom et le prénom du patient, son âge et l'heure à laquelle le matériel a été prélevé doivent être notés. Le récipient est laissé pendant une demi-heure à la température ambiante, après quoi il est placé dans une centrifugeuse. Le sérum doit être appliqué immédiatement pour prévenir les complications bactériennes.

    Sur la surface interne de l'avant-bras, choisissez un emplacement pour l'échantillon. La peau doit être exempte d'éruptions cutanées et d'irritations; aucun test du poignet ne doit être effectué. La peau est traitée avec un antiseptique. On injecte par voie intracutanée 0,05 ml de sérum autologue, le même volume d'histamine à une concentration de 10 mg / ml et une solution saline stérile.

    Normalement, aucune réponse au sérum ni à la solution saline n’est observée. Le test à l'histamine chez toutes les personnes est positif - il existe une zone d'hyperémie. Les résultats du test ne peuvent pas être déchiffrés si l'échantillon avec l'histamine est négatif ou avec la solution saline est positif.

    Traitement de l'urticaire auto-immune:

    Cette maladie est souvent difficile à traiter en raison de sa résistance aux schémas thérapeutiques conventionnels. Le traitement principal vise à modifier le mode de vie du patient. Voici quelques recommandations des médecins pour prévenir la progression de la maladie:

    1. Changer le mode de vie pour une meilleure santé, en évitant une augmentation du stress physique ou mental, une bonne nuit de sommeil.
    2. Régime équilibré. Il doit inclure de la viande blanche (poulet, dinde, lapin), des produits laitiers, des légumes et des fruits, des céréales. Limitez la consommation d'aliments tels que le café, les sucreries, les fast foods, les plats cuisinés.
    3. Composante obligatoire du traitement - le rejet des mauvaises habitudes.
    4. Le médicament initial pour toutes les catégories de patients est le bloqueur d'histamine H-2 de deuxième génération. Cette série de médicaments n'a pas d'effets secondaires significatifs, leur efficacité et leur innocuité sont prouvées par une série d'études. Mais il n’est pas toujours possible d’obtenir une réponse complète du corps à cette thérapie.
    5. La deuxième ligne de traitement comprend les antagonistes des récepteurs des leucotriènes, les hormones glucocorticoïdes, les cytostatiques. Ces fonds sont utilisés en cas de résistance marquée de la maladie aux médicaments de première intention.
    6. Comme adjuvant, la plasmaphérèse, la phytothérapie et des médicaments locaux sont utilisés pour réduire les symptômes.

    En cas de complications, vous pouvez utiliser de courts traitements de corticostéroïdes à fortes doses, appelés bolus ou thérapie par impulsions. Attribuer 30 mg par jour pendant 5 jours. Le plus souvent, après une telle thérapie, les patients parviennent à atteindre un état de rémission.

    Le régime général de traitement, selon les recommandations de l'Académie européenne d'allergologie et d'immunologie clinique:

    • lors du premier traitement du patient, prescrire des antihistaminiques de deuxième génération à des doses en âge,
    • si les symptômes persistent pendant deux semaines ou plus - augmentez la dose quotidienne du médicament (jusqu'à un maximum de 4 fois),
    • si les symptômes persistent, ajouter un antagoniste des leucotriènes ou un cytostatique au traitement,
    • pendant l'exacerbation de la pathologie, vous pouvez dépenser un court traitement d'hormones stéroïdes.

    L'utilisation de remèdes populaires peut aider à réduire la gravité des symptômes de l'urticaire. Mais nous devons nous rappeler que la phytothérapie ne peut pas être le seul médicament pour l'urticaire idiopathique, il est utilisé en association avec des médicaments.

    Pour le prurit, il est recommandé d'utiliser l'aneth et le trèfle comme lotions. Une décoction de fleurs d'ortie aide à nettoyer le sang des toxines et des composants allergènes. Le thé au thé de Ledum est utilisé comme un moyen pour les bains de guérir les égratignures et l’inflammation.

    Prévention de l'urticaire auto-immune

    Principes de prévention de l'urticaire idiopathique - adhésion à un mode de vie sain, élimination des mauvaises habitudes. Vous pouvez prévenir les complications avec un traitement médicamenteux et des bilans de santé réguliers.

    http://www.dermatit.net/krapivnica/autoimmunnaya-krapivnitsa/

    Tout à propos de forme urticaire idiopathique et auto-immune

    L'urticaire est l'une des maladies de la peau les plus connues. Son trait caractéristique est l'apparition de cloques qui démangent. Dans de nombreux cas, leur apparition est associée à des allergies, mais ce n’est pas la seule raison. Les enfants et les adultes peuvent tolérer d'autres formes de pathologie. Ainsi, l'urticaire chronique idiopathique (HIC) ou une maladie causée par des processus auto-immuns est probable. Voyons pourquoi les troubles se développent et comment gérer les symptômes.

    Qu'est-ce que l'urticaire idiopathique?

    Il s'agit d'une variante de l'évolution de la maladie de la peau, dans laquelle la cause (étiologie) du développement de l'éruption cutanée n'est pas détectée. Cependant, des vésicules démangeaisons se produisent régulièrement à des intervalles de temps différents pendant 6 semaines ou plus. Un tel processus est considéré comme chronique; il est également désigné par le terme urticaire spontanée. Un autre synonyme est l'urticaire.

    Les exacerbations constantes de la réaction (rechutes) provoquent une gêne considérable et réduisent la qualité de vie du patient, mais il est difficile de les gérer car il n'existe pas de «point d'application» pour des mesures thérapeutiques ciblées. Parmi les urticaires, qui se manifestent depuis longtemps, la proportion de formes idiopathiques - jusqu’à 80% des cas - reflète la gravité et l’ampleur du problème. La survenue spontanée d'une éruption cutanée et l'incapacité à déterminer la gamme de facteurs de déclenchement spécifiques (déclencheurs) de la réaction rendent difficile la prévention des exacerbations récurrentes et le contrôle de l'évolution de la maladie.

    Forme auto-immune

    Par cette définition, on entend une forme spéciale d'urticaire, dans laquelle des complexes spécifiques sont présents dans le sang du patient - des anticorps ou des immunoglobulines (Ig). Pour leur désignation, le préfixe "auto" est utilisé. Bien entendu, ces formations sont également impliquées dans le mécanisme de développement de réactions allergiques. Mais dans ce cas, leur activité est dirigée non pas contre des substances étrangères, mais en relation avec les structures propres du corps.

    L’urticaire auto-immune peut être classée comme une variante de la forme idiopathique de la maladie.

    Ceci n'est pas considéré comme une erreur - la définition combinée peut être trouvée dans la littérature médicale et dans les publications de spécialistes. Mais il y a toujours une différence entre les maladies, puisque la notion «auto-immune» clarifie la genèse des troubles et que l'étiologie non identifiée du processus adverse n'est plus discutée.

    Les cibles pour les auto-anticorps sont à la fois des complexes complexes situés à la surface des cellules - récepteurs IgE et immunoglobulines de classe E. Suite à des transformations pathologiques, la substance active responsable des symptômes de l'urticaire, l'histamine, est libérée.

    Raisons

    L'urticaire chronique est caractérisée par un cours récurrent - avec des manifestations vives et des périodes de rémission, c'est-à-dire un soulagement des symptômes; il combine toutes les variantes de maladies avec une éruption cutanée avec démangeaisons, la présence d'exacerbations persistantes d'une durée supérieure à 6 semaines. Mais pourquoi développent-ils?

    Les causes possibles de l'urticaire chronique incluent:

    1. Infections (virales, bactériennes, fongiques).
    2. Pathologies endocriniennes (hyperthyroïdie, diabète, dysfonctionnement ovarien).
    3. Maladies du système digestif (y compris celles accompagnées de dysbiose intestinale).
    4. Médicaments massifs, maladie sérique.
    5. Pathologies auto-immunes (lupus érythémateux systémique, sclérodermie).
    6. Néoplasme.
    7. Consommation alimentaire de colorants, conservateurs, arômes.

    La cause de l'urticaire auto-immune, en plus des facteurs énumérés dans la liste ci-dessus, est la présence d'une prédisposition génétique qui crée les conditions préalables à la formation d'anticorps nocifs.

    Les symptômes

    La réaction est aiguë, mais les signes de lésions cutanées persistent longtemps (parfois plus de 10 à 12 heures) et peuvent se reproduire régulièrement pendant des mois et des années. Il y a des cas où les patients souffrent d'urticaire pendant des années, dont la cause ne peut pas être clarifiée.

    Forme idiopathique

    Cette version de l'urticaire devient régulièrement un prétexte pour de nombreuses discussions entre praticiens et chercheurs. Les statistiques montrent qu'en moyenne 30 à 55% des cas d'urticaire idiopathique appartiennent à une pathologie de type auto-immune. Comme pour le reste des épisodes d'éruptions cutanées récurrentes, la cause peut rester inexpliquée pendant des années.

    L'urticaire chronique récurrente est caractérisée par des symptômes tels que:

    • éruption cutanée rose;
    • démangeaisons sévères de la peau;
    • rougeur, gonflement, inconfort.

    Quelles sont les caractéristiques de cette forme d’urticaire chez l’adulte et l’enfant? Premièrement, on peut observer des cloques de 8 à 12 heures - ce qui est assez long comparé aux éruptions cutanées «volantes» avec allergies ou urticaire physique, provoquées par le froid, la chaleur, la pression, les vibrations. De plus, les démangeaisons augmentent la nuit et la zone des lésions cutanées est étendue, avec la présence de nombreux démangeaisons.

    Auto-immune

    Les lésions cutanées peuvent être isolées - c'est-à-dire qu'à l'exception des cloques, aucun symptôme ne dérange. Il existe également des options combinées pour le flux. Cela signifie la présence de manifestations de pathologies auto-immunes, en particulier de troubles de la glande thyroïde (thyroïdite). De plus, les patients ont souvent une infection active à Helicobacter pylori.

    Urticaire auto-immune se manifeste par les symptômes suivants:

    1. Blisters de couleur rose, parfois en porcelaine avec une "bordure" sur les bords.
    2. Démangeaisons intenses de la peau.
    3. Gonflement, rougeur.

    Une éruption cutanée peut affecter une grande surface de la peau.

    Signes systémiques

    Ce sont des manifestations de nature générale, reflétant l'implication dans le processus adverse de différents systèmes fonctionnels du corps. Ils accompagnent l'apparition d'une éruption cutanée - en général, ils se manifestent et disparaissent simultanément avec des ampoules provoquant des démangeaisons. Parmi les symptômes de l'urticaire chez les adultes avec idiopathique, y compris la forme auto-immune peut être appelé comme:

    • faiblesse générale;
    • maux de tête;
    • des frissons;
    • fièvre
    • des nausées;
    • vomissements;
    • crampes abdominales;
    • douleurs articulaires;
    • la diarrhée

    Il n'est pas toujours possible d'observer tous les signes à la fois. Dans la plupart des cas, la faiblesse associée à la fièvre prédomine. Les troubles digestifs sont plus caractéristiques de la forme allergique de l'urticaire.

    Diagnostics

    Il se compose de plusieurs étapes:

    1. Enquête et examen du patient.
    2. L'utilisation de méthodes de laboratoire et instrumentales.
    3. Effectuer des tests cutanés.

    Si le patient suspecte une urticaire chronique, vous devez déployer tous les efforts nécessaires pour trouver la véritable cause de l'éruption cutanée. A cette fin, en utilisant différentes études:

    • un test sanguin pour détecter les marqueurs de sensibilité aux allergènes - aliments, acariens, médicaments, produits chimiques, poils d'animaux;
    • détermination de l'hémoglobine, des érythrocytes, des paramètres biochimiques, calcul de la formule des leucocytes;
    • semer des décharges de foyers d'inflammation chroniques pour identifier les agents pathogènes;
    • tests cutanés avec des allergènes potentiels;
    • analyse des matières fécales sur les œufs d'helminthes;
    • recherche de marqueurs de dysbiose intestinale;
    • recherche de la fonction thyroïdienne;
    • rechercher des auto-anticorps;
    • détection d'infection à Helicobacter pylori.

    Si le diagnostic «urticaire auto-immune» est soumis à discussion, le programme d’examen comprend nécessairement, outre les méthodes de laboratoire déjà décrites dans la liste, un test de provocation avec le sérum sanguin du patient. Pour le réaliser, le matériel biologique est prélevé dans une veine, correctement traité et le milieu liquide préparé est injecté par injection intradermique dans la région de la surface interne de l'avant-bras. Le résultat est évalué après 30 minutes: la présence d'une cloque, de rougeurs et de démangeaisons signifie une réaction positive.

    L'antihistaminique doit être arrêté 48 heures avant le test.

    Ces médicaments peuvent affecter la qualité des résultats de diagnostic.

    Traitement

    Les patients sont supervisés par un thérapeute; si nécessaire, des médecins spécialisés sont impliqués: endocrinologue, immunologiste, rhumatologue, spécialiste des maladies infectieuses. Le traitement de l'urticaire chronique est effectué en ambulatoire ou en ambulatoire: dans le premier cas, il s'agit d'un épisode bénin, la personne continue à mener une vie normale et se rend au besoin à la clinique; dans le second, présentant des symptômes graves, il est hospitalisé au service hospitalier. Il est difficile de guérir l'urticaire de la genèse idiopathique, car vous devez d'abord établir la cause de son développement - mais vous pouvez placer le patient dans un état de rémission stable (absence de symptômes).

    Élimination

    C’est la cessation du contact avec les facteurs déclenchant une réaction de sensibilité et provoquant une démangeaison. Pour les identifier, les ressources de diagnostic de laboratoire et instrumentales sont utilisées. Jusqu'à l'identification des déclencheurs, le traitement de l'urticaire idiopathique par élimination comprend:

    1. La prudence dans l'utilisation des médicaments pharmacologiques (en particulier, le rejet de l'automédication avec des antibiotiques).
    2. Correction diététique - exclusion du menu des additifs dangereux (colorants, préservatifs) et des produits à fort potentiel allergénique: agrumes, champignons, noix.
    3. Époussetage humide régulier.
    4. Évitez le contact avec des produits chimiques agressifs (y compris à usage domestique).

    Les mesures d'élimination sont à la base du traitement de toute forme d'urticaire et sont observées en continu, même sans exacerbation de la réaction.

    Elimination des pathologies de fond

    C’est une étape importante de la thérapie, car les maladies des systèmes digestif et endocrinien, les syndromes auto-immuns peuvent à la fois contribuer au développement de l’urticaire et l’aggraver. Il est donc nécessaire d'identifier les pathologies dont souffre le patient et de trouver un schéma thérapeutique adéquat. Comment traiter les ruches? Différentes approches sont pratiquées:

    • Contrôle de l'infection par Helicobacter pylori («De-Nol», «Clarithromycine», «Métronidazole», «Omez»);
    • correction du dysfonctionnement de la thyroïde ("L-thyroxin");
    • élimination du syndrome de dysbiose intestinale (Lacidofil, Hilak-forte, Yaourt).

    Ce ne sont là que quelques exemples généraux: le schéma thérapeutique est élaboré individuellement pour chaque patient. La mise en œuvre des mesures thérapeutiques peut prendre de deux à trois semaines à plusieurs mois, de sorte que les résultats concernant la luminosité des symptômes de l’urticaire ne seront pas immédiatement visibles.

    Traitement médicamenteux

    Il est recommandé d’améliorer l’état de la peau lors de l’exacerbation de la réaction de sensibilité cutanée. Le traitement de l'urticaire idiopathique peut être effectué avec différents médicaments:

    1. Antihistaminiques ("Cetrin", "Zyrtec", "Alerdez", "Trexil Neo").
    2. Glucocorticoïdes (prednisolone, dexaméthasone).
    3. Antagonistes des récepteurs aux leucotriènes ("Montelukast", "Singular").

    Le traitement de l'urticaire auto-immune nécessite l'utilisation obligatoire de glucocorticoïdes. Si, avec d'autres formes d'urticaire, ces médicaments ne sont généralement utilisés qu'occasionnellement pour les soins d'urgence, ils constituent dans ce cas la base du traitement. Leur utilisation repose sur une bonne réponse clinique et de hautes performances, alors que les antihistaminiques sont souvent inefficaces. Dans les cas graves, des méthodes supplémentaires sont présentées: plasmaphérèse, administration d'immunoglobuline par voie intraveineuse et utilisation de cyclosporine-A.

    N'essayez pas de prendre des glucocorticoïdes par vous-même - cela pourrait entraîner des fluctuations de poids, des problèmes d'estomac et de nombreux autres effets secondaires.

    La prescription de médicaments dans ce groupe nécessite une surveillance médicale constante. Ils ont des contre-indications; augmenter et réduire la dose doit être progressivement, en fonction de la dynamique du tableau clinique.

    Tout sur l'urticaire papuleuse: causes, symptômes, traitement.

    Urticaire et dysbactériose allergiques, diagnostic et signes.

    Quelle est l'urticaire chronique, ses types et méthodes de traitement.

    Quelles sont les causes de l'urticaire de contact et comment s'en débarrasser?

    http://proallergen.ru/krapivnitsa/autoimmunnaya.html
  • Plus D'Articles Sur Les Allergènes