Claritin pendant la grossesse

En raison de la détérioration de la situation écologique et de l'augmentation du nombre de situations stressantes, ainsi que du fort affaiblissement de l'immunité chez les femmes enceintes et des modifications hormonales actives du corps, force est de constater que les allergies et la grossesse sont des conditions compatibles. Mais la réaction aux allergènes chez chaque femme enceinte étant individuelle, l’approche thérapeutique doit être construite sur le principe suivant: ne pas nuire.

Utilisation d'antihistaminiques chez la femme enceinte

Si une femme enceinte ne réagit pratiquement pas à la floraison des plantes et des composants de certains produits (c’est-à-dire qu’elle peut présenter des symptômes légers et transitoires sous forme de larmoiement et d’éternuement), il n’a aucun sens de surcharger le corps de pilules.

C’est autre chose si la future maman réagit très fort et douloureusement aux allergènes - jusqu’à l’œdème de Quincke -, dans ce cas, une assistance médicamenteuse et l’utilisation d’antihistaminiques indésirables pour les femmes enceintes sont nécessaires.

L’action de la plupart des médicaments anti-allergènes repose sur le blocage des histamines dans le corps, essentielles et nécessaires à la fixation de l’œuf, mais si la santé ou la vie de la mère est menacée, le médecin lui prescrit des antihistaminiques, en faisant de la femme une priorité.

Les statistiques indiquent que l'utilisation d'antihistaminiques au début de la grossesse est assez rare - 1 à 2 cas pour 20 grossesses.

L'autotraitement des manifestations les plus «inoffensives» de l'allergie aux médicaments les plus sûrs pendant la grossesse est interdit - les modifications biochimiques et physiologiques du corps peuvent provoquer les réactions les plus inattendues au médicament.

Claritin est non toxique et relativement sûr, mais pris uniquement comme indiqué.

La vigilance de la plupart des femmes enceintes (et même de celles qui prennent des médicaments avec prudence) peut atténuer le fait que Claritin, bien connu et souvent utilisé, est classé comme non toxique.

Autrement dit, selon la logique des choses, une pilule peut éliminer les allergies sans nuire au fœtus. La future maman ne peut que deviner s'il faut ou non nuire à l'organisme d'un enfant en développement. Les médicaments officiels ne font pas confiance à l'innocuité complète du médicament, car il n'a pas été établi avec précision par des études de laboratoire sur ce médicament.

Des études ont permis de tirer des conclusions sur l'absence d'effets embryotoxiques et tératogènes de Claritin, sinon la responsabilité de l'utilisation du médicament serait confiée au médecin traitant.

La composition de l'impact et la pharmacocinétique du médicament

Comme le montre la pratique, la substance principale, la loratadine, a été bien tolérée par les femmes enceintes dans la grande majorité des cas.

Excipients pour comprimés:

  • l'amidon;
  • stéarate de magnésium;
  • lactose monohydraté.
  • le glycérol;
  • le propylène glycol;
  • acide citrique;
  • benzoate de sodium;
  • le saccharose;
  • arôme artificiel de pêche (substance pouvant causer ou aggraver des allergies);
  • de l'eau

Le début de l'action du médicament - une demi-heure après l'administration, la durée de l'action - de 12 à 24 heures.

Principe d'action - bloquer le récepteur de l'histamine H1 avec une substance active, de sorte que la substance ne pénètre pas dans le sang et empêche le développement de réactions allergiques.

40% de la dose est excrétée par les reins et 42%, avec les matières fécales dans les 10 jours.

Effets secondaires possibles

Avant de mentionner les effets secondaires du médicament, nous estimons qu’il est nécessaire de mettre l’accent sur le fait que la biodisponibilité de la substance active du médicament dépend de la dose. Et la grossesse n’est pas la période où vous pouvez vous asseoir sur un certain médicament.

Des effets indésirables au cours de la période d'utilisation de Klaritin apparaissent:

  • du système digestif sous forme de nausée, gastrite, bouche sèche, perturbation possible du foie;
  • du système nerveux central sous forme de somnolence, de léthargie, de maux de tête;
  • réactions allergiques sous la forme d'éruptions cutanées.

À première vue, la situation est paradoxale: le médicament, conçu pour éliminer les allergies, le provoque. Mais, encore une fois, répétons-nous, le corps d’une femme enceinte subit de nombreux changements qui entraînent une réponse aussi inadéquate aux composants habituels.

Par conséquent, une approche individuelle de chaque patient est importante lors de la prescription de Claritin.

Trimester Claritin

1 terme

Jusqu'à la 16e semaine de grossesse, vous devez vous abstenir d'utiliser Claritin, ainsi que d'autres médicaments. Pendant cette période, le placenta est au stade de la formation et ne protège pas l'embryon de la pénétration de substances médicamenteuses, ce qui peut avoir un effet très négatif sur le bébé à l'avenir.

2 trimestres

Attribuer, sous réserve de dépasser les avantages pour la mère d'éventuels risques pour le fœtus.

3 terme

Il est déconseillé de prendre des médicaments peu de temps avant la naissance, car la substance active est capable de pénétrer dans le lait maternel et il n'est pas recommandé d'arrêter l'allaitement du bébé immédiatement après la naissance.

http://spuzom.com/klaritin-pri-beremennosti.html

Claritin contre les allergies chez la femme enceinte: quand prendre le médicament et comment le prendre correctement

Au cours de la période de gestation, une femme est obligée de maintenir sa santé par tous les moyens et méthodes; cependant, elle ne parvient pas toujours à faire face aux attaques d'allergie. Aujourd'hui, Claritin est sur le marché des formulations pharmaceutiques. Ce médicament peut-il être prescrit dans la lutte contre les allergies durant la grossesse? Les instructions d'utilisation des comprimés Claritin pour les adultes, les enfants et les femmes enceintes de notre article.

À quoi sert Claritin?

Il est indiqué pour rendez-vous lors des premières manifestations d'allergie:

  • avec des démangeaisons et des sensations de brûlure dans les yeux;
  • avec rhinite allergique et éternuement;
  • avec une déchirure excessive, déclenchée par l'action d'un allergène.

L’instruction elle-même prescrit - au cas où un effet thérapeutique positif dépasserait le danger potentiel pour la santé. Et la réception est effectuée sous contrôle strict et avec l'accord d'un spécialiste.

Posologie et durée d'administration - instructions

Claritin sur le marché pharmaceutique se présente sous forme de comprimés et de sirop - à prendre à tout moment, quel que soit le repas. La posologie dépend de l'âge du patient et des comorbidités diagnostiquées. Un enfant de moins de 3 ans reçoit un sirop, les patients plus âgés se présentent sous forme de comprimés et de sirop:

  1. Adultes et adolescents à partir de 12 ans - prendre 10 mg une fois par jour. 10 mg équivaut à 1 comprimé ou 2 cuillères à soupe de sirop.
  2. Lors du diagnostic d'une maladie du foie, problèmes de reins - 10 mg en 2 jours, en le divisant par 2. En cas d'insuffisance rénale, il est indiqué pour l'administration si le niveau de filtration est inférieur à 30 ml / min.
  3. Un enfant âgé de 2 à 12 ans - Klaritina est prescrit à partir du poids corporel. Avec un poids allant jusqu'à 30 kg, la dose unique quotidienne est de 5 mg par jour. Avec un poids de plus de 30 mg - le taux par jour ne dépasse pas 10 mg.

En cas de surdosage, des effets secondaires peuvent apparaître si vous dépassez la dose de plus de 40 mg. Dans ce cas, les effets secondaires et les réactions suivants se manifestent: maux de tête et somnolence, accélération du rythme cardiaque et altération du tonus musculaire. Le traitement des effets secondaires négatifs vise à les éliminer. Le plus souvent, il s’agit de l’arrêt du médicament et du lavage gastrique, de la nécessité de nettoyer à travers des absorbants.

Pouvez-vous prendre Claritin pendant la grossesse - les conséquences

Selon les médecins et les développeurs, il n'est pas recommandé de le prendre au cours du premier trimestre de la grossesse. C'est pendant cette période de croissance et de développement du fœtus que tous les systèmes et organes sont formés et mis en place, il n'est pas suffisamment protégé par le placenta contre les composés chimiques nocifs. Malgré tout, les composants actifs ne provoquent pas d'anomalies dans la croissance et le développement du fœtus - l'application n'est montrée que si l'effet thérapeutique positif dépasse les effets nocifs possibles.

Les médecins adhèrent également à ce principe de prédominance des avantages par rapport aux conséquences négatives lors de la prescription du deuxième trimestre. Au cours de cette période, il est indiqué à une dose ne dépassant pas 10 mg par jour sous forme de comprimés, en les buvant avec de l'eau claire ou sous forme de sirop.

En résumé, nous pouvons dire que Claritin peut être prescrit à une femme enceinte pour des raisons pharmaceutiques, mais sous contrôle strict et après consultation préalable du gynécologue si l’effet thérapeutique positif est supérieur au préjudice causé par le médicament.

En ce qui concerne les conséquences possibles - les composants actifs n’ont pas d’influence destructive sur le développement et la croissance du fœtus, l’essentiel est de ne pas dépasser la dose fixée par le médecin. En cas de dépassement, nausées et vertiges, maux de tête et vomissements, problèmes de fonctionnement du tractus gastro-intestinal, crampes musculaires sont possibles. Lors de la prescription du dosage, le médecin prend en compte les caractéristiques individuelles du corps de la femme et les maladies associées. Au début d’un symptôme négatif - l’élimination des symptômes négatifs est désignée, c’est d’abord le refus de prendre le médicament et le lavage gastrique, ainsi que l’introduction de solution saline.

Vérifiez également si Tavegil est autorisé pendant la grossesse et dans quels cas il peut être prescrit.

Dans quel but Ginipral est-il prescrit pendant la grossesse et sous quelle forme le médicament est plus efficace, continuez à lire.

Analogues du médicament

Les analogues de Claritin sont plus abordables et constituent un substitut alternatif à Claritin en l'absence de ce dernier dans une pharmacie. Les médicaments agissant comme un analogue de Claritin ne doivent pas être confondus avec des synonymes - ces derniers peuvent avoir des compositions initiales et des composants actifs identiques à ceux de l’original, mais ils portent également un nom enregistré différent en raison des restrictions existantes de la licence médicale.

Les analogues sont des médicaments dont l’effet est similaire, mais ils ont en même temps des composants actifs légèrement différents et peuvent différer de l’original en ce qui concerne le niveau de leur effet thérapeutique positif. Par conséquent, seul un spécialiste est nécessaire pour sélectionner un analogue et un substitut équivalent.

En ce qui concerne les fonds Claritin similaires, les médicaments populaires et efficaces suivants sont présentés sur le marché pharmacologique national. Le plus accessible est Loratadin Verte, dont le coût varie entre 32 et 35 roubles. Vient ensuite Zyrtec. Le coût varie entre 190 et 200 roubles, Klarotadin - le prix varie entre 95 et 100 roubles.

Prix ​​Claritina dans les pharmacies

Le coût du médicament présenté dépend de la forme de sa libération et du nombre de comprimés dans une plaquette thermoformée. En particulier, Claritin dans les comprimés n ° 30 varie dans la gamme de 548 à 613 roubles, dans les comprimés n ° 10 - son coût varie dans la gamme de 209 à 254 roubles. Klaritin au sirop, emballage 60 ml - varie dans la gamme de 210 à 261 roubles. Si une commande est passée via la pharmacie Internet ou si l'achat est effectué chez le fabricant, le coût peut être légèrement inférieur.

Dans les détails sur la klaritine de la bouche du médecin dans la vidéo:

http://mamafarma.ru/allergy/klaritin-pri-beremennosti.html

Claritin pendant la grossesse 3 trimestre

Rhinite allergique, asthme bronchique, allergies alimentaires, dermatose prurigineuse - une réponse aux «cent problèmes». Vous demandez quoi? Bien sûr, un antihistaminique.

Au moins une fois dans notre vie, chacun d’entre nous a dû recourir à des médicaments antiallergiques, qu’il s’agisse d’une éruption cutanée après une consommation d’agrumes, de démangeaisons causées par le contact avec un nouveau détergent ou de gonflement de la main causée par une piqûre d’abeille. Quoi qu'il en soit, mais sans antihistaminiques, il est extrêmement difficile d'éliminer les réactions allergiques, en particulier lorsqu'il s'agit d'affections mettant la vie en danger, telles que l'œdème de Quincke ou le choc anaphylactique.

Malheureusement, la plupart des antihistaminiques ont un certain nombre de contre-indications, dont la grossesse et l'allaitement. Malgré la plus large gamme de médicaments antiallergiques sur le marché national, il est plutôt difficile de choisir les antihistaminiques les plus appropriés pendant la grossesse.

Alors, quels sont les médicaments autorisés pour le traitement des allergies durant la grossesse? Essayons de déterminer quels antihistaminiques sont sans danger pour les femmes enceintes.

Antihistaminiques pendant la grossesse: mécanisme d'action et efficacité.

Pour démarrer le mécanisme de développement d'une réaction allergique, certaines conditions doivent être remplies.

Une allergie à "quelque chose" se développe quand il entre en contact avec l'une ou l'autre des substances agissant en tant qu'agent provocateur - un allergène. Il peut s'agir de pollen, de venin d'insectes, de poils d'animaux, d'aliments, de cosmétiques, etc. C'est le contact avec l'allergène qui déclenche une cascade de réactions conduisant au développement d'une réponse allergique.

2. Rencontre répétée avec un allergène. Le choc anaphylactique et l'œdème de Quincke sont des réactions allergiques de type immédiat pouvant survenir lors du premier contact d'un organisme avec un allergène. Dans tous les autres cas, l’apparition de symptômes allergiques est caractéristique d’un «deuxième rendez-vous» avec l’allergène (antigène), lorsque l’organisme commence à le percevoir comme un ennemi et à produire des anticorps en réponse.

3. Effets des anticorps sur les mastocytes. Avec le développement d'une réaction allergique, les mastocytes (mastocytes) sont impliqués et, sous l'influence des anticorps (IgE), libèrent le contenu de leurs granules, y compris l'histamine, dans les tissus environnants. L'histamine, transformée en une forme active, ne fait que provoquer l'apparition de symptômes d'allergie: gonflement, rougeur, difficulté à respirer, nez qui coule, baisse de la pression artérielle, etc.

Comment les antihistaminiques agissent-ils pendant la grossesse?

Le but principal de tout médicament antiallergique est d’éliminer les manifestations des allergies. Cet effet est obtenu de l’une des manières suivantes:

  • en réduisant la concentration d'histamine dans les mastocytes;
  • en neutralisant l'histamine déjà libérée.

Il convient de rappeler que l'efficacité du traitement des allergies dépend de la prévention de la reprise du contact du système immunitaire avec l'allergène. Aucun médicament antihistaminique pendant la grossesse ne fonctionnera pas si l'effet de l'allergène sur le corps est permanent (par exemple, le contenu d'un animal souffrant d'allergies aux poils d'animaux, d'erreurs alimentaires entraînant une intolérance à des produits spécifiques, etc.).

Peu de gens le savent, mais les antihistaminiques pendant la grossesse peuvent être utilisés non seulement pour le traitement des allergies. Les médicaments sont un moyen efficace de lutter contre l'insomnie, les infections virales aiguës des voies respiratoires, les vomissements sévères des femmes enceintes, etc.

Antihistaminiques pour les femmes enceintes. Que peut et que ne pas?

Il existe plusieurs générations d'antihistaminiques, chacun d'entre eux étant différent du meilleur effet précédent, avec le développement d'effets secondaires devenant moins probable.

Tous les antihistaminiques pendant la grossesse affectent le fœtus à un degré ou à un autre. L'automédication pendant la gestation est inacceptable! Avant de commencer à prendre tout médicament, vous devriez consulter votre médecin.

Antihistaminiques pendant la grossesse. La première génération

L'utilisation de tels antihistaminiques pendant la grossesse est hautement indésirable. Tous les représentants de ce groupe (Dimedrol, Tavegil, Suprastin, Pipolfen, Diazolin, Fenkrol) peuvent provoquer une complication du cours de la grossesse.

Effets secondaires: somnolence, muqueuses sèches, développement de malformations cardiaques chez le fœtus.

Antihistaminiques pendant la grossesse. Deuxième génération

De même que les prédécesseurs, les médicaments antiallergiques du groupe présenté sont utilisés extrêmement rarement pendant la grossesse, pour des raisons de santé de la part de la mère.

Les représentants de la deuxième génération d'antihistaminiques sont la claritine (loratadine), l'astémizol, le fenistil, la cétirizine, etc.

Avantages: à des doses thérapeutiques, ne pénètre pas dans la barrière hémato-encéphalique, donc ne provoque pas de somnolence, de migraines ni de vertiges.

Antihistaminiques pendant la grossesse. Troisième génération

Contrairement aux deux premières générations, les antihistaminiques de troisième génération n’ont pas d’effet cardiotoxique.

Représentants: lévocétirizine, desloratadine, fexofénadine.

Ces médicaments antiallergiques ne peuvent être utilisés pendant la grossesse qu’après avoir consulté un médecin.

Les antihistaminiques pendant la gestation sont acceptables dans de rares cas.

contre-indiqué au premier trimestre et en fin de grossesse; utilisé dans de rares cas.

rendez-vous pendant la gestation uniquement pour des raisons de santé.

un antihistaminique ne peut être pris pendant la grossesse que sous la surveillance d'un médecin; capable de pénétrer dans le lait maternel.

autorisé à recevoir des doses thérapeutiques du médicament sous la surveillance d'un médecin.

se réfère aux antihistaminiques d'action indirecte. Approuvé pour une utilisation à partir du deuxième trimestre de la grossesse sous la surveillance d'un médecin.

La contre-indication générale à la prise de tous les antihistaminiques pendant la grossesse est de 1 trimestre.

Antihistaminiques interdits pendant la grossesse.

interdite pendant toute la grossesse; affecte la contractilité utérine.

absolument contre-indiqué dans toutes les périodes de gestation.

contre-indiqué pendant la grossesse.

contre-indiqué dans la période de gestation; il existe un risque de malformations chez le fœtus.

contre-indiqué; rendez-vous seulement pour des raisons de santé.

contre-indiqué; pas de données précises sur les effets du médicament sur le fœtus.

contre-indiqué; a un effet tératogène.

À la suite d'une analyse aussi approfondie, la conclusion suggère que, pendant la grossesse, les antihistaminiques ne peuvent être pris qu'en cas d'urgence, lorsque les avantages pour la mère l'emportent sur les risques pour le fœtus. Dans tous les cas, même avant une dose unique de l'un des médicaments antiallergiques au cours de la période de gestation, il est nécessaire de consulter un médecin.

La grossesse peut avoir différents effets sur le cours de l'allergie pendant la grossesse: la grossesse n'affecte pas le cours de l'allergie; pendant la grossesse, il se produit une amélioration du cours des maladies allergiques; pendant la grossesse, il y a exacerbation des maladies allergiques.

Dans le premier cas, l’allergie n’augmente pas pendant la grossesse, elle est due au contact avec des allergènes. Si vous êtes allergique, vous devez faire attention, éviter tout contact avec des allergènes. Comment éviter Vous devez connaître vos allergènes. Sinon, vous devez contacter un allergologue à l'aide de tests spéciaux permettant d'identifier ces allergènes. Le plus souvent, une exacerbation de l'allergie se produit en avril-mai, c'est-à-dire au moment de la floraison de la plupart des plantes.

Allergie de grossesse

Dans le second cas, le déroulement de la grossesse augmente la production de cortisol, une hormone ayant un effet antiallergique. Par conséquent, pendant la grossesse, chez la plupart des femmes enceintes, les allergies sont moins graves. Après la naissance, le niveau de cortisol se normalise progressivement et les manifestations d'allergies reprennent. Au cours du dernier mois de grossesse avant l'accouchement, l'évolution de l'allergie s'est nettement améliorée.

La troisième option - la grossesse aggrave le cours des allergies. La rhinite allergique peut être associée aux plantes à fleurs, à la poussière domestique et aux poils d'animaux. Les symptômes communs sont l'écoulement nasal et la congestion nasale à partir de la 12e semaine de grossesse.

L'asthme bronchique est une autre maladie allergique chez 2% des femmes enceintes. S'il n'y avait pas d'asthme avant la grossesse, cela ne se produira probablement pas pendant la grossesse. En cas d’asthme bronchique, une exacerbation peut survenir de la semaine 24 à la semaine 36 de la grossesse. Au cours du dernier mois de la grossesse, l'évolution de l'asthme s'aggrave toujours.

Il existe certaines manifestations cutanées d'allergie (urticaire), qui sont assez courantes lors de la première grossesse. Si les manifestations de l'urticaire sont mineures, elles disparaîtront d'elles-mêmes. Si les allergies ne vous dérangent pas, vous ne devez prendre aucune mesure, vous devez contacter un allergologue.

Il existe une hypothèse (appuyée par un certain nombre de médecins) selon laquelle une augmentation hormonale peut être la cause d'exacerbations de réactions allergiques. Il est nécessaire d'attendre, lorsque le fond hormonal est normalisé, le corps s'habitue à la grossesse, les manifestations de l'allergie devraient disparaître progressivement.

Allergie de grossesse - Prévention

L'un des principaux moyens de prévenir les allergies pendant la grossesse est un régime hypoallergénique. Toutes les femmes enceintes doivent s'y conformer à compter du septième mois de grossesse. S'il existe déjà une allergie, un tel régime doit être suivi à partir d'une semaine de grossesse.

Le principe de base du régime - l'exclusion du régime des aliments allergènes. Ceux-ci incluent: lait, œufs, noix, fruits de mer, miel, poisson, caviar rouge, noir, soja, framboises, fraises, tomates, chocolat, fromage, agrumes, conserves, jus épicés, salés, fumés et prêts à l'emploi.

Autorisé à manger du gruau, des céréales, de la viande maigre, de la volaille bouillie, des légumes frais et cuits, des fruits faiblement colorés (pommes de terre, chou, concombres, courgettes, vertes, pommes jaunes, poires).

Le tabagisme actif et passif d'une femme enceinte et allaitante est inacceptable. Il est souvent nécessaire de ventiler la pièce, d’effectuer un nettoyage humide, d’aspirateur moquette, de meuble rembourré, d’inactivation, d’oreillers secs. Pendant la grossesse, vous devez limiter le contact avec les chats, les chiens, faire ressortir toutes les fourmis, les cafards.

Allergie de grossesse - que faire?

Avant la grossesse, vous devez consulter un allergologue. Vous subirez un examen allergologique et immunologique complet, le médecin vous indiquera comment procéder à des tests allergologiques. Vous définissez les substances qui causent les allergies, vous pouvez vous en protéger pendant la grossesse.

Pour se débarrasser des allergies, vous devez installer l'allergène, l'éliminer, minimiser le contact avec lui. Essayez de prendre des vitamines qui peuvent soulager les symptômes d'allergie. Il est nécessaire de respecter les recommandations de l’allergologue, de ne pas se soigner soi-même, de mener une vie saine, la grossesse devrait bien se dérouler.

Un allergologue qui identifie l’allergène procède à des examens spéciaux (tests de scarification de la peau) pour déterminer la teneur dans le sang en anticorps IgE spécifiques de certains allergènes.

Il est impossible d'éliminer la prédisposition aux maladies allergiques, mais il est tout à fait possible d'atténuer les symptômes des allergies. Afin de soulager les symptômes d’allergie pendant la grossesse, le médecin vous recommande des antihistaminiques à action locale - pommades, gels, aérosols. Si nécessaire, l’allergologue peut prescrire des médicaments pour administration orale, aux deuxième et troisième trimestres.

Allergies de grossesse - Drogues

Pendant la grossesse, il est nécessaire de traiter les médicaments avec prudence, en particulier les médicaments antiallergiques. Il est déconseillé de prendre tous les médicaments au cours du premier trimestre de la grossesse; les restrictions sont moins strictes aux deuxième et troisième trimestres. Mais aucun des médicaments antiallergiques ne garantit pas une sécurité totale pour l’enfant. Prenez les médicaments devraient être sur la recommandation et sous la supervision d'un médecin.

Suprastin pendant la grossesse - l'utilisation du médicament est possible si les avantages potentiels pour la mère l'emportent sur les risques potentiels pour le fœtus. Le risque est évalué par le médecin.

Tavegil pendant la grossesse - ne peut être utilisé que pour des raisons de santé, son effet négatif sur le fœtus ayant été identifié. Tavegil doit être utilisé dans les cas où une réaction allergique menace la vie d'une femme enceinte et qu'il est impossible d'utiliser un autre médicament.

La diphénhydramine - des doses supérieures à 50 mg peuvent provoquer une irritabilité, des contractions utérines.

Claritin - Il n’existe aucune contre-indication à l’utilisation de Claritin pendant la grossesse. L'utilisation du médicament est possible si les avantages escomptés pour la mère l'emportent sur les risques potentiels pour le fœtus.

Le médicament doit être prescrit par votre médecin.

Recommander des articles de lecture sur la grossesse

  • Grossesse après avortement manqué (0). Mortalité liée à la grossesse - chagrin pour la femme enceinte ainsi que pour ses proches. C'est un gros traumatisme psychologique. Mais ne désespérez pas,
  • (0) Nous donnons ici des instructions pour bien vêtir un nouveau-né. Un nouveau-né bien habillé doit également apprendre. Il y a souvent des maris
  • (1) La grossesse est souvent accompagnée de malaise et de faiblesse. Une charge importante tombe sur le corps enceinte, elle se reflète très fortement sur
  • Allergies et antihistaminiques

Il est prouvé que pendant la grossesse, le corps de la femme présentant une activité antiallergique est produit avec une concentration accrue de cortisol. Ainsi, les femmes enceintes sont moins susceptibles de souffrir d'allergies, mais ce n'est pas toujours le cas.

InformationDans la vie de tous les jours, les antihistaminiques viennent à la rescousse des allergies. Ils sont nombreux et tous sont disponibles gratuitement sans ordonnance sur la chaîne de pharmacies. Et si à première vue, l’allergie semble être une maladie simple avec un traitement simple, alors c’est loin d’être le cas.

Quelle que soit la maladie, il est particulièrement difficile pour les femmes enceintes, car très peu de médicaments sont autorisés pendant cette période; la plupart des médicaments ne sont pas sans danger. Ceci s'applique également aux antihistaminiques.

Allergies de grossesse et antihistaminiques

Il existe plusieurs générations de médicaments, d'action antihistaminique. Chaque nouvelle génération est plus parfaite que la précédente: le nombre et la force des effets secondaires diminuent, le risque de dépendance diminue, la durée du médicament augmente.

apparu en 1936 et est encore largement utilisé en médecine. Ceux-ci incluent (le plus célèbre):

  • Chloropyramine ou Suprastin. Il est prescrit aux femmes enceintes dans le traitement des affections allergiques aiguës, bien que l'annotation indique que l'utilisation pendant la grossesse est contre-indiquée. Il peut être utilisé aux 2ème et 3ème trimestres, lorsque les avantages probables pour la mère l'emportent sur les risques potentiels pour le fœtus;
  • Clemastine ou Tavegil. Les femmes enceintes ne peuvent l’utiliser que pour des raisons de santé (lorsqu’il est impossible d’utiliser un autre médicament), cela est dû à l’enregistrement des cas d’effets négatifs sur la progéniture de rates gravides (malformations cardiaques, de membres);
  • Prométhazine ou Pipolfen. Non recommandé pour une utilisation pendant la grossesse;
  • Diphenhydramine Avec une extrême prudence dès le deuxième trimestre. Peut causer une excitabilité accrue de l'utérus.
  • Loratodin ou Claritin. Son utilisation est autorisée avec une évaluation adéquate du rapport bénéfice / risque;
  • Astemizol. Non recommandé pendant la grossesse, car a un effet toxique sur le fœtus;
  • Azélastine Dans les essais portant sur l’utilisation de doses beaucoup plus élevées que les doses thérapeutiques, aucun effet tératogène sur le fœtus n’a été détecté. Et malgré cela, au cours du premier trimestre de la grossesse, l'utilisation de ce médicament n'est pas recommandée.
  • Cetirizine, ou Parlazin, ou Zyrtec. La grossesse n'est pas une contre-indication absolue. Dans les études sur le médicament cétirizine chez les animaux, les effets cancérogènes, mutagènes et tératogènes sur leur progéniture n’ont pas été enregistrés. Et pourtant, les préoccupations concernant son utilisation restent les mêmes.
  • Fexofénadine ou Telfast. L'utilisation ne peut être prescrite que par un médecin.

Comme il ressort de ce qui précède, aucun des antihistaminiques ne vous garantit pas une sécurité totale pour l’enfant à naître ni une tranquillité d’esprit pour vous. Vous ne pouvez prendre aucun médicament qu'après avoir consulté un médecin et sous son contrôle strict.

Il est strictement déconseillé d'utiliser tous les antihistaminiques au cours du premier trimestre de la grossesse, en conditions II et III - restrictions moins strictes.

Dans les conditions de la civilisation moderne, aussi triste soit-il à admettre, même une personne en bonne santé a du mal à maintenir le niveau nécessaire de santé et de force. Et lorsqu'il s'agit de la naissance d'une nouvelle vie, ce problème devient encore plus aigu. Et si le vingtième siècle était déclaré le siècle des maladies cardiovasculaires, le XXI, selon les prévisions de l’OMS, serait le siècle de l’allergie.

Déjà aujourd'hui, les allergies touchent plus de 20% de la population mondiale et dans les zones où les conditions environnementales sont défavorables, 50% ou plus. En Russie, la prévalence des maladies allergiques dans différentes régions est de 15 à 35%.

Au cours des 30 dernières années, l'incidence des allergies a augmenté de 2 à 3 fois tous les 10 ans. Le blâme est une dégradation grave de l’environnement, des stress aigus et chroniques, le développement intensif de tous les types d’industrie sans respect suffisant des mesures de protection de l’environnement, une utilisation incontrôlée de médicaments, une utilisation généralisée de produits cosmétiques et synthétiques, une forte introduction de la désinfection et de la désinfestation dans la vie quotidienne, des modifications de la nutrition, l’émergence de nouveaux allergènes.

L’allergie est une expression de la réaction immunitaire (défense) du corps, dans laquelle ses propres tissus sont endommagés; Dans la terminologie médicale, on parle de maladies allergiques (notamment les allergies aiguës). Malheureusement, parmi les patients souffrant d'allergies aiguës (OAZ), on trouve dans 5 à 20% des cas des femmes enceintes. Ces chiffres ont été multipliés par 6 au cours des 20 dernières années. L'âge le plus commun pour les femmes enceintes souffrant d'allergies est 18-24 ans. Selon le pronostic de l'évolution et le risque de développer des conditions menaçantes, tous les OAZ (voir Tableau 1, 2) sont divisés en poumons (rhinite allergique, conjonctivite allergique, urticaire localisée) et sévère (urticaire généralisée, angioedème, choc anaphylactique).

Comment se développe la maladie

Alors, quel est le mécanisme des réactions allergiques? Dans le développement de la maladie, il y a trois étapes.

La première étape. L'allergène pénètre dans le corps pour la première fois. À ce titre, le pollen, les squames animales, les produits alimentaires, les cosmétiques, etc. peuvent être utilisés. Les cellules du système immunitaire reconnaissent les substances étrangères et déclenchent le mécanisme de formation des anticorps. Les anticorps sont fixés aux parois des mastocytes, qui se trouvent en grande quantité sous les tissus muqueux et épithéliaux. De telles combinaisons peuvent exister depuis plus d'un an et "attendre" le prochain contact avec l'allergène.

Deuxième étape L'allergène, ré-entrant dans le corps, lie les anticorps à la surface du mastocyte. Cela déclenche la découverte des mastocytes: à partir d'eux se libèrent des substances biologiquement actives (histamine, sérotonine, etc.), responsables des principaux symptômes de l'allergie, ils sont également appelés médiateurs de l'inflammation ou hormones pro-inflammatoires.

La troisième étape. Les substances biologiquement actives provoquent la dilatation des vaisseaux sanguins et augmentent la perméabilité des tissus. Il y a un gonflement, une inflammation. Dans les cas graves, lorsque l'allergène pénètre dans le sang, il peut se produire une forte expansion des vaisseaux sanguins et une chute brutale de la pression artérielle (choc anaphylactique).

Les manifestations les plus courantes de l'allergie chez la femme enceinte sont la rhinite allergique, l'urticaire et l'œdème de Quincke.

Impact de l'allergie aux fruits

Alors, quel est le mécanisme des réactions allergiques? Dans le développement de la maladie, il y a trois étapes. Si une réaction allergique se produit dans la réaction allergique de la mère au fœtus, les immunocomplexes spécifiques réagissant au stimulus allergène (antigènes - substances provoquant des allergies et anticorps développés en réponse à des antigènes) ne pénètrent pas dans le placenta. Néanmoins, un enfant dans l'utérus subit l'influence de la maladie sous l'influence de trois facteurs:

  • changement dans l'état de la mère;
  • l'effet possible des médicaments sur l'apport sanguin du fœtus (les médicaments utilisés pour les allergies peuvent entraîner une diminution du débit sanguin utéro-placentaire, assurant ainsi pleinement la vie du fœtus);
  • les effets nocifs des drogues (ceci sera discuté ci-dessous).

Traitement d'allergie

L'objectif principal du traitement immédiat est d'éliminer efficacement et en toute sécurité les symptômes de l'OAZ chez une femme enceinte sans risque d'effets indésirables sur le fœtus.

En effet, la réaction d'une personne à la consommation de drogues dépend de son état physiologique, de la nature de la pathologie et du type de thérapie.

La grossesse dans ce sens devrait être considérée comme un état physiologique particulier. Il faut tenir compte du fait que jusqu'à 45% des femmes enceintes sont atteintes de maladies des organes internes et que 60 à 80% prennent régulièrement certains médicaments. En moyenne, pendant la grossesse, une femme prend jusqu'à quatre médicaments différents, sans compter les vitamines, les minéraux et les suppléments diététiques. Dois-je dire que c'est loin d'être sûr pour un enfant à naître? Surtout si une femme prend une décision sur l'admission de certains médicaments de manière indépendante.

Prenons un exemple clinique. Une femme de 31 ans à la 12e semaine de grossesse a été hospitalisée avec un diagnostic de maladie allergique aiguë, urticaire généralisée. Deuxième grossesse, avant d’aller à l’hôpital, la femme ne souffrait pas d’allergies. Malade soudainement, environ 1 heure après avoir mangé du jus d'orange. Il y avait une éruption cutanée sur la poitrine, les mains; commencé à démanger. La femme prit indépendamment la décision de boire un comprimé de Dimedrol, mais cela n’eut aucun effet. Sur les conseils d'un médecin de famille, elle a également pris 1 comprimé de suprastine, également sans effet. Au matin, l'éruption s'était étendue à tout le corps et la patiente a appelé les soins médicaux d'urgence. Le médecin de l'ambulance a injecté par voie intramusculaire 2 ml de tavegil, aucun effet n'a été observé. Le médecin a décidé d'emmener la femme à l'hôpital, dans l'unité de soins intensifs généraux. La réaction complètement allergique a disparu seulement après 3 jours.

Dans l'exemple ci-dessus, la femme a reçu trois antihistaminiques différents avant son admission à l'hôpital, dont l'un (le dimédrol) est contre-indiqué pendant la grossesse. Par conséquent, dans chaque cas d'allergie, vous devez immédiatement consulter un médecin.

La plupart des antihistaminiques "populaires" utilisés dans le traitement des allergies sont contre-indiqués pendant la grossesse. Ainsi, la diphenhydramine peut provoquer une excitabilité ou des contractions de l’utérus à la limite de la naissance, à des doses de plus de 50 mg; après la prise de terfénadine, le poids des nouveau-nés diminue; l'astémizol a un effet toxique sur le fœtus; la suprastine (chloropyramine), la claritine (loratadine), la cétirizine (alleprtek) et la fexadine (fexofénadine) pendant la grossesse ne sont permises que si l'effet du traitement l'emporte sur le risque potentiel pour le fœtus; le tavegil (clémensine) pendant la grossesse ne doit être utilisé que pour des raisons de santé; Pipolfen (pipéracilline) n'est pas recommandé pendant la grossesse et l'allaitement.

Lorsqu’une réaction allergique se produit pour la première fois, il est nécessaire dans tous les cas, même si cette affection ne dure pas longtemps, de consulter un allergologue. Je voudrais souligner que l’essentiel dans le traitement des affections et des maladies allergiques n’est pas l’élimination des symptômes d’allergie à l’aide de médicaments, mais l’exclusion complète du contact avec l’allergène.

Afin d’identifier l’allergène, effectuez des examens spéciaux. La détermination des taux sanguins d’anticorps IgE spécifiques de certains allergènes et des tests de scarification cutanée sont utilisés. Pour les tests cutanés, des solutions sont préparées à partir d'allergènes potentiels (un extrait d'herbes, d'arbres, de pollen, d'épiderme d'animaux, de venin d'insectes, d'aliments, de médicaments). Les solutions résultantes sont administrées en quantités minimes par voie intradermique. Si un patient est allergique à une ou plusieurs des substances répertoriées, un œdème local se développe autour de l'injection de l'allergène correspondant.

Que dois-je faire de la manifestation de OAZ et quels médicaments peuvent être utilisés?

  • Si l'allergène est connu, éliminez immédiatement ses effets.
  • Consultez un médecin.
  • S'il n'est pas possible de consulter un médecin, reportez-vous aux informations suivantes sur les médicaments antiallergiques.

Bloqueurs d'histamine H2 de première génération:

  • Suprastin (chlorpyramidine) est prescrit pour le traitement des réactions allergiques aiguës chez la femme enceinte.
  • Pipolfen (pipéracilline) - pendant la grossesse et l'allaitement n'est pas recommandé.
  • Allertek (cyterysin) - utilisation possible 2 et 3 trimestres de la grossesse.
  • Tavegil (clémensine) - pendant la grossesse, il ne peut être utilisé que pour des raisons de santé; L’effet négatif de ce médicament sur le fœtus ayant été révélé, tavegil ne peut être utilisé que dans les cas où une réaction allergique menace la vie du patient et qu’il n’est pas possible d’utiliser un autre médicament pour une raison ou une autre.

Bloqueurs d'histamine H2 de 2e génération:

Claritin (loratadine) - pendant la grossesse, l'utilisation n'est possible que si l'effet du traitement l'emporte sur le risque potentiel pour le fœtus, c'est-à-dire que vous devez utiliser le médicament uniquement lorsque la situation allergique de la mère menace davantage le fœtus que de le prendre. Ce risque est évalué par le médecin dans chaque cas.

Bloqueurs d'histamine H2 de 3e génération:

Feksadin (feksofénadine) - pendant la grossesse, l'utilisation n'est possible que si l'effet du traitement l'emporte sur le risque potentiel pour le fœtus.

Prévention des allergies

Un autre aspect très important du problème est la prévention des maladies allergiques chez l’enfant à naître. Les mesures préventives incluent la restriction ou, dans les cas graves, l'exclusion des aliments hautement allergiques du régime alimentaire d'une femme enceinte. Le tractus gastro-intestinal est la porte d'entrée principale des allergènes pénétrant dans le fœtus. Une hypersensibilité (c’est-à-dire la formation d’anticorps dans le corps de l’enfant lorsque celui-ci est administré de manière secondaire - déjà dans la vie extra-utérine du bébé - pour provoquer une réaction allergique) se produit à un certain degré de maturité du système immunitaire fœtal, qui atteint environ la 22e semaine du développement intra-utérin. C'est donc à partir de ce moment que la restriction des allergènes dans les aliments est justifiée.

La prévention des réactions allergiques devrait également inclure la limitation du contact possible avec d'autres allergènes: produits chimiques ménagers, nouveaux produits cosmétiques, etc.

Ces restrictions ne sont certainement pas absolues. Les futures mères en bonne santé qui ne souffrent pas d'allergies, il suffit de ne pas utiliser ces produits quotidiennement et en même temps, avec la possibilité de les inclure périodiquement dans le régime alimentaire. Abandonnez complètement les produits «à risque» aux femmes enceintes qui ont eu au moins une fois certaines manifestations d’allergie à ce produit. Si une femme souffre de maladies allergiques (asthme allergique bronchique, dermatite allergique, rhinite allergique, etc.), elle devra éliminer tous les groupes d'aliments de son alimentation.

Il convient de souligner que le tabagisme (actif et passif) est absolument inacceptable pour une femme enceinte ou allaitante. Certains faits confirment que fumer une mère pendant la grossesse a une incidence sur le développement des poumons du fœtus, entraînant un retard de croissance intra-utérin. Le tabagisme maternel est l’une des causes du stress fœtal. Après avoir fumé une cigarette, il se produit un spasme des vaisseaux utérus pendant 20 à 30 minutes et l’alimentation en oxygène et en nutriments du fœtus est interrompue. Chez les enfants de mères qui fument, la probabilité (en plus d'autres maladies graves) de développer une dermatite atopique (allergique) et un asthme bronchique augmente.

Pendant la grossesse, il est recommandé de ne pas avoir d'animaux domestiques, de ventiler souvent l'appartement, de faire le ménage tous les jours, d'aspirer les tapis et les meubles rembourrés au moins une fois par semaine, d'assécher et de sécher les oreillers. Et une autre note importante. Le lait maternel est le produit le plus approprié pour nourrir les enfants au cours des premiers mois de leur vie. Il a la température nécessaire, ne nécessite pas de temps de préparation, ne contient pas de bactéries ni d'allergènes, se digère facilement, il contient des enzymes pour sa propre digestion. De la naissance à 4 mois - l'interruption de l'allaitement augmente plusieurs fois la fréquence des réactions allergiques.

Rappelez-vous qu'une femme enceinte, qu'elle souffre ou non d'allergies, devrait mener une vie saine, éviter le stress, tomber moins malade, ne pas vous prescrire de médicament et être adaptée pour donner naissance à un enfant en bonne santé.

http://iberemenna.ru/tochnost-testa/klaritin-pri-beremennosti-3-trimestr.html

Claritin pendant la grossesse - quand prendre et quelle quantité

Grossesse Claritin est l’un des rares médicaments pouvant être utilisés par une femme enceinte, dans les cas extrêmes et sous contrôle médical. C’est la période de la vie d’une femme où les médicaments utilisés contre des maladies peuvent nuire au fœtus.

En raison du décalage hormonal et de la charge imposée au corps, des complications surviennent que la femme ignore et qu'elle a besoin d'un traitement. Une diminution de l'immunité entraîne souvent des réactions allergiques.

Quel type de médicament traiter pour ne pas nuire à la vie? Parmi ceux-ci, on peut noter les moyens de la deuxième génération - Claritin.

Avantages et inconvénients

L’antihistaminique de la deuxième génération n’a pas d’effet négatif sur la femme enceinte et son fœtus. Il convient de garder à l'esprit que la réaction de l'organisme est imprévisible, elle dépend des caractéristiques individuelles de l'organisme. Les recherches effectuées ne tiennent pas toujours compte de cela.

Avant utilisation, vous devez consulter un médecin. Ceci est particulièrement important pour les femmes menacées de fausse couche. La substance active inhibe les terminaisons nerveuses de l’histamine et cesse de s’écouler dans le sang. Il n'y a pas d'effet négatif sur le fœtus. Au début, cela peut affecter la fixation de l'embryon dans l'utérus et provoquer une fausse couche.

Comme avec tout médicament, une femme qui porte un enfant devrait recevoir un médicament antiallergique dans les cas extrêmes. Le degré d'allergie est différent. Quand il y a de petites manifestations et que vous pouvez vous passer de la drogue, il est préférable de ne pas commencer à la boire.

Dans les cas graves, lorsqu'il existe un danger pour la santé de la femme, les moyens de ce groupe ne permettent pas de résoudre le problème, puis ils écrivent des antihistaminiques par injection, du Dixaméthasone, qui ne sont pas souhaitables pour les femmes enceintes.

Le traitement dépend de la durée de la grossesse. Le premier trimestre est particulièrement dangereux lorsque la protection du fœtus, son placenta, se forme. Seulement quand il sera complètement formé, le bébé sera protégé des influences extérieures. Les médecins ne prescrivent jamais le médicament à un stade précoce. Selon les statistiques, le traitement des allergies est rarement nécessaire pendant cette période.

L'ingrédient actif passe dans le lait maternel. Pendant le repas, vous ne pouvez pas prendre le médicament. Il s'accumule dans le lait et la dose peut être dangereuse pour le nourrisson. Au moment du traitement, l'enfant devrait être transféré à une alimentation artificielle et le lait devrait être décanté.

L'admission indépendante n'est pas autorisée. Les processus qui se produisent dans le corps d'une femme peuvent provoquer des effets indésirables. On croit que Klaritin enceinte peut prendre. Ce n'est pas toxique, ne peut pas nuire au fœtus. Les tests de laboratoire n'ont pas confirmé ce fait. Vous ne pouvez pas être complètement sûr que la réception ne nuira pas au foetus.

Quand prendre le médicament et comment

Prendre le médicament pendant la grossesse est possible uniquement sur ordonnance. Cela dépend de la période de résidence de la femme, de la gravité de la maladie. L'utilisation la plus dangereuse est au premier trimestre, lorsque l'embryon n'est pas protégé par le placenta des effets nocifs.

En outre, le médicament peut provoquer une fausse couche. Pendant cette période, il n'est pas possible de prendre un médicament anti-allergique, les conséquences peuvent être imprévisibles. Bien qu'en laboratoire, il a été constaté que le médicament n'affecte pas les anomalies congénitales du fœtus.

Deuxième trimestre

Le mode d'emploi recommande de prendre le médicament au plus tôt le quatrième mois. Vous pouvez boire une pilule ou deux cuillères de sirop pour bébé par jour. Laver à l'eau claire quel que soit le repas.

Les signes devraient disparaître dans trois jours. Si cela ne se produit pas, arrêtez de prendre et consultez un médecin, en raison de l'inefficacité du médicament.

Si les effets secondaires apparaissent dans les premiers jours, cesser l'utilisation. Effectuer un traitement sous la surveillance d'un médecin afin de ne pas nuire au fœtus et à la mère. Attribuer au-delà des avantages pour la mère des risques possibles pour le fœtus.

Troisième trimestre

Aucun effet indésirable sur l'enfant et le travail n'ont été établis. Peut être utilisé dans les derniers mois de la grossesse. La réception est nommée à une dose de 10 mg (un comprimé par jour).

Il est conseillé de prendre en même temps, en buvant une tablette d’eau propre. La thérapie complexe la plus courante, excluant le contact avec l'allergène, le nettoyage humide.

En raison du fait que le médicament pénètre dans le lait maternel, il faut cesser de le prendre peu de temps avant la naissance. Si un traitement est nécessaire, il est impossible d'allaiter.

À tout moment, un médicament peut nuire à l’état du fœtus. La réception doit être strictement surveillée et sur la recommandation d'un spécialiste.

Utilisez uniquement dans les cas extrêmes, lorsque l'état de la future mère peut nuire à l'enfant et que celui-ci naîtra prédisposé à une réaction allergique.

Les avis

Pendant la grossesse, une allergie printanière aux plantes à fleurs a été observée. Je me sentais pas très bien. Le terme était de 6 mois. Le médecin a prescrit Claritin. Les signes d'allergies (éternuements et larmoiements) ont cessé.

Le médecin a averti que boire pas plus de trois jours. Vu en gouttes de deux cuillères. C'est devenu beaucoup plus facile. Avant la naissance, un traitement supplémentaire était nécessaire. Elle a donné naissance à un petit garçon en bonne santé.

Allergique. Les allergies ont presque immédiatement commencé lors de la deuxième naissance. J'ai longtemps résisté et essayé de ne pas boire de médicaments, mais ce n'était pas sans eux. Pendant toute la grossesse, j'ai dû prendre Claritin trois fois et une fois, le Suprastin. La grossesse était difficile, mais a donné naissance à une fille en bonne santé.

http://flintman.ru/klaritin-pri-beremennosti/

Claritin pendant la grossesse: les avantages et les inconvénients du médicament

Pendant la grossesse, le corps de la femme devient plus vulnérable à diverses maladies. Dans le contexte d'un changement hormonal et d'une diminution générale de l'immunité, des complications surviennent qu'une femme ne pouvait même pas soupçonner plus tôt. Certains d'entre eux, en l'absence de traitement approprié, peuvent se transformer en phase chronique.

Le système immunitaire est la partie la plus vulnérable du corps d'une femme enceinte. C’est pourquoi, lors de l’accouchement, l’allergie existante apparaît ou s’aggrave souvent - insuffisante, hypersensibilité à une substance. Son traitement pendant la grossesse est extrêmement difficile, car de nombreux médicaments ont un effet négatif sur l’enfant.

Claritin est l’un des rares médicaments autorisés à être utilisés par les femmes enceintes sous surveillance médicale stricte.

Composition et libération

L'ingrédient actif de Claritin - Loratadine - bloqueur des récepteurs de l'histamine. L'histamine est une substance qui provoque des symptômes d'allergies désagréables: larmoiement, démangeaisons, nez qui coule, etc. Ces manifestations de la maladie se produisent lorsque l'histamine se combine avec ses récepteurs. La loratadine est attachée à ces récepteurs et empêche ainsi l'histamine de s'y attacher.

Claritin est disponible sous deux formes posologiques: les comprimés et le sirop. Ce médicament commence à agir après une demi-heure après l'administration, son activité maximale est observée après 10 heures. Claritin cesse de soulager les symptômes d'allergie plus d'une journée après le début du traitement. La loratadine est une drogue moderne et ne provoque pas de somnolence, ni de léthargie, car elle ne pénètre pas dans le cerveau.

Claritin pendant la grossesse peut être utilisé pour les indications suivantes:

  1. La pollinose est une allergie au pollen.
  2. Maladies allergiques de la peau.
  3. Quincke enflure.
  4. Réaction aux piqûres d'insectes.
  5. Réactions pseudo-allergiques aux aliments (fraises, agrumes, etc.).
  6. Démangeaisons d'origines diverses.
  7. Conjonctivite allergique.
  8. Rhinite saisonnière.

Instructions d'utilisation

Il est fortement déconseillé d'utiliser Claritin pendant la grossesse au cours du premier trimestre, car tous les organes du fœtus sont pondus au cours de cette période. De plus, au début de la gestation, le placenta n'est pas formé, ce qui protège l'enfant à naître des substances nocives. Cependant, il a été établi que la loratadine n’a pas d’effet tératogène (développement d’anomalies congénitales) ni d’effet toxique sur le fœtus. Mais l'utilisation de tout médicament au cours du premier trimestre de la grossesse n'est possible que sous de strictes indications.

Claritin au cours du deuxième trimestre de la grossesse est utilisé lorsque le bénéfice escompté pour la mère est supérieur au danger potentiel pour le fœtus. Ce médicament est pris 1 fois par jour à une dose de 10 mg, ce qui correspond à 1 comprimé ou 2 cuillerées à thé de sirop. Claritin dans les deux formes posologiques doit être pris avec de l’eau pure non gazeuse, son utilisation ne dépend pas de la consommation de nourriture. Si, dans les 3 jours, la condition ne s'améliore pas, le médicament doit être arrêté en raison de son inefficacité.

Claritin au cours du 3ème trimestre de la grossesse est utilisé selon les indications, ses effets nocifs sur le fœtus n’ayant pas été établis. Loratadin n'a aucun effet sur le travail, il peut donc être utilisé en toute fin de grossesse. La posologie de Claritin au 3ème trimestre de la grossesse est de 10 mg par jour.

N'oubliez pas le traitement complexe des allergies, car les médicaments ne font que soulager les symptômes désagréables. Les femmes enceintes souffrant de rhinite, de conjonctivite ou d'urticaire doivent être exclues du contact avec l'allergène et, si cela n'est pas possible, minimiser sa fréquence.

Pour tous les types d'allergies, il est utile de nettoyer quotidiennement à l'eau et d'éliminer les tapis dans la maison. Il est déconseillé de garder des animaux domestiques, car même s’ils ne réagissent pas pour le moment, il est possible que cela ne se produise pas à l’avenir en raison de perturbations du système immunitaire.

Contre-indications

Claritin Analogs

Les analogues complets de Claritin, dont l'ingrédient actif est la Loratadine, sont des médicaments: Vero-Loratadin, Lomilan, Tirlor, Erolin. Ces médicaments ont des indications et des contre-indications similaires. Il n'est pas souhaitable de les utiliser au cours du premier trimestre de la grossesse, car ils sont utilisés aux derniers stades de la gestation, selon les indications, sous la surveillance d'un médecin.

Les analogues les plus sûrs de Claritin sont Diazolin, Avil, Zyrtec et Telfast. Ces médicaments n'ont pas d'effet tératogène et toxique sur le fœtus, n'affectent pas l'activité générique. Suprastin et Tsetrizin peuvent être utilisés pour des indications très strictes, car il n’existe aucune information fiable sur leurs effets sur le fœtus.

http://mymammy.info/lekarstva/64-klaritin-pri-beremennosti.html
Plus D'Articles Sur Les Allergènes